• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Magré lui, en dépit d'elle

    Hendrik van Veldeke (vers 1190)

    Parvenus dans leur traduction en moyen haut-allemand, les oeuvres d'Heynric van Veldeke semblent avoir été composées originellement dans le vieux dialecte limbourgeois. En effet, le poète est né sur le territoire de Spalbeek, près de Hasselt, capitale de la province du Limbourg (Belgique) vers 1150 et décédé autour de 1200. Ménestrel, il a vécu à la Cour des princes de Thuringe et de Basse-Saxe et nous a laissé comme héritage Eneit (une Énéide), imitation du Roman d'Énéas, La vie de saint Servais, composé en moyen-néerlandais à la demande de Hessel, bedeau du chapitre de l'église saint Servais à Maastricht, et d'Agnès, comtesse de Loon. Servais, évêque de Tongres décédé en mai 384, est le saint patron de Maastricht. La première partie de ce poème est une biographie de Servais en vers, tandis que la seconde partie est le récit de ses miracles après sa mort. Le manuscrit est conservé dans la bibliothèque de l'université de Leyde, catalogué B(ibliotheca) P(ublica) L(atina) Codex Nr 1215. (Dr G. A. Van Es, éditeur, et Dr G. J. Lieftinck, Sint Servaeslegende in duitschen dichtede dit Heyrijck die van veldeken was geboren, selon le manuscrit de Leyde , Tjeenk Willink, Noorduijn, Culembor, 1976). La plupart des poèmes courtois de van Veldeke ne comprennent qu'une seule strophe. «Malgré lui, en dépit d'elle» célèbre l'amour fidèle de Tristan* pour sa bien-aimée Iseut. «J'implore l'amour» chante l'appétence de la fin'amor qui pourrait signifier aussi le chant du cygne du désirant.
    Monument à Hasselt


    Malgré lui, en dépit d'elle
    Malgré lui, en dépit d'elle,
    Tristan demeurait fidèle
    à Yseult. Plus que son coeur
    L'y poussait une liqueur.
    Me rendras-tu grâce, ô belle.
    si je te reste fidèle
    sans avoir bu la liqueur?
    Et pourtant tu tiens mon coeur.
    Tu te tiens sans feinte, belle.
    Je suis à toi, sois à moi.





    J'implore l'amour
    J"implore l'amour, bien qu'il m'ait
    déjà vaincu, je le somme.
    Faut-il ou non vous aimer,
    belles? Je finirai comme
    le cygne, dans un chant. Mais,
    à ce jeu, que gagne un homme?
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30

    Documents associés

    • Abélard et Héloïse
    • «Le mythe des amants unis jusqu'à la mort, qui fait d'Héloïse et Abélard un couple jumeau de...