• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Lettre de Mishima à Kawabata

    Yukio Mishima

    Dans une lettre, datée du 4 août 1969, Mishima fait l'éloge de deux ouvrages de Kawabata:
    Le Beau Japon en moi : texte du discours prononcé par Kawabata à Stockholm en décembre 1968, lors de la remise du prix Nobel de littérature. Publié dans divers journaux japonais le 16 décembre 1968, il fut ensuite édité en mars 1969 par Kôdansha;

    et Présence et découverte du Beau: court essai sur l'esthétique japonaise traditionnelle, publié en mai 1969 dans le quotidien Mainichi Shimbunsha. Kawabata y reprend le texte d'une conférence qu'il avait prononcée le premier mai 1969 à Honolulu, où il séjournait à l'invitation de l'Université de Hawaï.
    4 août 1969
    Le Beau Japon en moi est un texte qui explicite, avec une admirable lucidité, ce qui constitue le noyau de votre oeuvre littéraire, et je pense que tout ce qui a pu être publié en matière d'«essais sur Kawabata» va être à jamais balayé par cet opuscule. Il y a dans la manière dont vous exposez vos réflexions, une sorte de magie qui vous permet, en parlant de la vanité de l'effort, ou encore du néant, d'en imposer directement la sensation au lecteur. D'ailleurs, cette notion de néant - et c'est bien la première fois -, vous en évoquez l'essence dans ce qu'elle a de lumineux et de porteur de vie en des termes faciles à comprendre pour les Occidentaux, produisant ainsi une impression analogue à celle de votre «Chanson d'Italie», une impression qui se prolonge aussitôt, me semble-t-il dans les premières pages de Présence et découverte du Beau, lorsque vous évoquez la beauté de verres aux reflets éblouissants.

    [...]

    [Ces quelques pages] ont dû certainement, ne serait-ce que par la fraîcheur de l'expérience sensorielle qui s'en dégage, tenir sous le charme le public venu vous entendre parler du Dit du Genji*. Je me suis souvenu de cette peinture que fait Proust d'une cuisine, vous savez: ce passage où il décrit dans les moindres détails un couteau dont la partie exposée aux rayons du soleil l'air doublée de velours, ou encore des pointes d'asperges qui, avec leurs teintes irisées, semblent se fondre dans l'air.

    [...]

    Par ailleurs, j'ai été frappé de la manière que vous avez, tout en évoquant en apparence des sujets d'une grâce extrême, de lancer parfois au détour d'une phrase certaines réflexions - notamment sur le lien prédestiné et donc terrifiant qui existe entre une littérature et son époque, ou sur l'usage inquiétant que fait Kyoshi* du «bâton» en l'objectivant dans l'un de ses poèmes.

    NOTES
    * Composé dans les premières années du XI° siècle par une dame de la cour impériale, Murasaki Shikibu, ce récit qui comprend cinquante-quatre livres relate la vie et les amours du prince Genji, puis de son fils Kaoru. La subtilité de ses analyses psychologiques, la peinture si vivante de la société des aristocrates de l'époque, l'élégance de son style en font un chef-d'oeuvre de la littérature mondiale.

    ** Takahama Kyoshi (1874-1959), poète du haïku. Le haïku auquel Mishima fait allusion ici, composé pour le nouvel an 1950, dit: «Année qui passe et qui vient et que traverse / comme un bâton» (traduction d'Y.-M. Allioux).


    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30

    Documents associés

    • Élégie (extraits)
    • Quelle est navrante cette coutume des vivants d'invoquer les morts! mais comme elle est navrante...