• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Les fleurs du mal (Extraits)

    Charles Baudelaire

    « Quoi! jamais vous n'avez eu envie de vous en aller, rien que pour changer de spectacle ! - écrit Baudelaire dans un projet de lettre à Jules Janin - j'ai de très sérieuses raisons pour plaindre celui qui n'aime pas la Mort ! [...] Un fil rouge tel le fil d'Ariane, traverse l'oeuvre de Baudelaire : l'obsession de la mort. Le poète est hanté par celle-ci ou disons même en état de ravissement, l'évoquant sous toutes ses formes. [...] Même si l'image brutale de la destruction lui fait horreur, il ne cesse de réclamer l'anéantissement comme un terme à la lutte chaotique de chaque jour. Nous pouvons presque dire que le poète retrouve chez elle une idée de transformation, grâce à la grande loi de la mort qui régit l'humanité » (Alice Machado, Baudelaire entre Aube et Crépuscule, Paris, Lanore, «Littératures », 2009, p. 131-132)

    Une des sections du recueil Les fleurs du mal a pour titre « La Mort » et est composé des poèmes suivants : « La mort des amants » (CXXI), « La mort des pauvres » (CXXII) et « La mort des artistes », tandis que le dernier chapitre (CXXVI) « Le Voyage » s'achève sur une invocation de la mort : « Ô Mort, vieux capitaine » (VIII).
    LA MORT

    CXXI

    LA MORT DES AMANTS

    Nous aurons des lits pleins d’odeurs légères,
    Des divans profonds comme des tombeaux,
    Et d’étranges fleurs sur des étagères,
    Écloses pour nous sous des cieux plus beaux.

    Usant à l’envi leurs chaleurs dernières,
    Nos deux cœurs seront deux vastes flambeaux,
    Qui réfléchiront leurs doubles lumières
    Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux.

    Un soir fait de rose et de bleu mystique,
    Nous échangerons un éclair unique,
    Comme un long sanglot, tout chargé d’adieux ;

    Et plus tard un Ange, entr’ouvrant les portes,
    Viendra ranimer, fidèle et joyeux,
    Les miroirs ternis et les flammes mortes.


    CXXII

    LA MORT DES PAUVRES

    C’est la Mort qui console, hélas ! et qui fait vivre;
    C’est le but de la vie, et c’est le seul espoir
    Qui, comme un élixir, nous monte et nous enivre,
    Et nous donne le cœur de marcher jusqu’au soir;

    À travers la tempête, et la neige, et le givre,
    C’est la clarté vibrante à notre horizon noir;
    C’est l’auberge fameuse inscrite sur le livre,
    Où l’on pourra manger, et dormir, et s’asseoir;

    C’est un Ange qui tient dans ses doigts magnétiques
    Le sommeil et le don des rêves extatiques,
    Et qui refait le lit des gens pauvres et nus;

    C’est la gloire des Dieux, c’est le grenier mystique,
    C’est la bourse du pauvre et sa patrie antique,
    C’est le portique ouvert sur les Cieux inconnus!

    CXXIII

    LA MORT DES ARTISTES

    Combien faut-il de fois secouer mes grelots
    Et baiser ton front bas, morne caricature?
    Pour piquer dans le but, de mystique nature,
    Combien, ô mon carquois, perdre de javelots?

    Nous userons notre âme en de subtils complots,
    Et nous démolirons mainte lourde armature,
    Avant de contempler la grande Créature
    Dont l’infernal désir nous remplit de sanglots!

    Il en est qui jamais n’ont connu leur Idole,
    Et ces sculpteurs damnés et marqués d’un affront,
    Qui vont se martelant la poitrine et le front,

    N’ont qu’un espoir, étrange et sombre Capitole!
    C’est que la Mort, planant comme un soleil nouveau,
    Fera s’épanouir les fleurs de leur cerveau!


    CXXVI

    VIII

    Ô Mort, vieux capitaine, il est temps! levons l’ancre!
    Ce pays nous ennuie, ô Mort! Appareillons!
    Si le ciel et la mer sont noirs comme de l’encre,
    Nos cœurs que tu connais sont remplis de rayons!

    Verse-nous ton poison pour qu’il nous réconforte!
    Nous voulons, tant ce feu nous brûle le cerveau,
    Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu’importe?
    Au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau!

    FIN.

    Source:

    http://fr.wikisource.org/wiki/Les_Fleurs_du_mal/Texte_entier
    lu le 31 août 2011
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30

    Documents associés

    • La mort des amants
    • Nous aurons des lits pleins d'odeurs légères, Des divans profonds comme des...
    • Une Charogne
    • Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, Ce beau matin d'été si doux: Au détour d'un...
    • La mort des pauvres
    • C'est la Mort qui console, hélas ! et qui fait vivre ; C'est le but de la vie, et c'est le seul...
    • L'Horloge
    • Horloge! dieu sinistre, effrayant, impassible, Dont le doigt nous menace et nous dit :...