• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Le condamné à mort (Extraits)

    Jean Genet

    Jean Genet a dédié ce poème à son ami Maurice Pilorge «dont le corps et le visage radieux hantent [s] es nuits sans sommeil». Il cite le journal L'Oeuvre, commentant l'attitude de Maurice devant la mort: «Que cet enfant eût été digne d'un autre destin». L'écrivain conclut son poème par un texte en prose se terminant ainsi: «Originaire du Puy-de-Dôme, il avait un peu l’accent d’Auvergne. Les jurés, offensés par tant de grâce, stupides mais pourtant prestigieux dans leur rôle de Parques, le condamnèrent à 20 ans de travaux forcés pour cambriolage de villas sur la côte, et le lendemain, parce qu’il avait tué son amant Escudero pour lui voler moins de mille francs, cette même Cour d’assises condamnait mon ami Maurice Pilorge à avoir la tête tranchée. Il fut exécuté le 17 mars 1939 à Saint-Brieux.»
    A la mémoire de Maurice Pilorge, assassin de vingt ans

    Le vent qui roule un cœur sur le pavé des cours,
    Un ange qui sanglote accroché dans un arbre,
    La colonne d’azur qu’entortille le marbre
    Font ouvrir dans ma nuit des portes de secours.

    Un pauvre oiseau qui tombe et le goût de la cendre,
    Le souvenir d’un œil endormi sur le mur,
    Et ce poing douloureux qui menace l’azur
    Font au creux de ma main ton visage descendre.

    Ce visage plus dur et plus léger qu’un masque,
    Et plus lourd à ma main qu’aux doigts du receleur
    Le joyau qu’il convoite ; il est noyé de pleurs.
    Il est sombre et féroce, un bouquet vert le casque.

    Ton visage est sévère : il est d’un pâtre grec.
    Il reste frémissant aux creux de mes mains closes.
    Ta bouche est d’une morte et tes yeux sont des roses,
    Et ton nez d’un archange est peut-être le bec.

    [...]

    Sur mon cou sans armure et sans haine, mon cou
    Que ma main plus légère et grave qu’une veuve
    Effleure sous mon col, sans que ton cœur s’émeuve,
    Laisse tes dents poser leur sourire de loup.

    O viens mon beau soleil, ô viens ma nuit d’Espagne,
    Arrive dans mes yeux qui seront morts demain.
    Arrive, ouvre ma porte, apporte-moi ta main,
    Mène-moi loin d’ici battre notre campagne.

    Le ciel peut s’éveiller, les étoiles fleurir,
    Et les fleurs soupirer, et des prés l’herbe noire
    Accueillir la rosée où le matin va boire,
    Le clocher peut sonner : moi seul je vais mourir.

    [...]

    Pardonnez-moi mon Dieu parce que j’ai péché !
    Les larmes de ma voix, ma fièvre, ma souffrance,
    Le mal de m’envoler du beau pays de France,
    N’est-ce pas assez mon Seigneur pour aller me coucher
    Trébuchant d’espérance

    Dans vos bras embaumés, dans vos châteaux de neige !
    Seigneur des lieux obscurs, je sais encore prier.
    C’est moi mon père, un jour, qui me suis écrié:
    Gloire au plus haut du ciel, au dieu qui me protège,
    Hermès au tendre pied !

    Je demande à la mort la paix, les longs sommeils,
    Les chants des Séraphins, leurs parfums, leurs guirlandes,
    Les angelots de laine en chaudes houppelandes,
    Et j'espère des nuits sans lunes ni soleils
    Sur d’immobiles landes.
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30

    Documents associés