• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    La mort d'Empédocle (Extraits)

    Friedrich Hölderlin

    Hölderlin (1770-1843) a écrit trois versions, toutes inachevées, de La mort d'Empédocle, initialement conçue comme un poème tragique en 5 actes. D'une version à l'autre, il y a une évolution en ce qui concerne la sobreté scénique et littéraire dans un désir manifeste d'aller vers l'essentiel. Mais le noyau central des trois versions reste celui d'«une libre mort et dans la loi divine». En effet, Empédocle vit douloureusement la séparation avec son peuple et avec ses dieux. Hölderlin s'identifie à Empédocle et, à travers celui-ci, au Christ abandonné par son peuple et par Dieu, son Père. Dans le présent passage, Empédocle donne la réplique à Manès qui lui demande: «Oh! parle, dis qui tu es! Et qui suis-je?»

    Et quand j'entendis, silencieux sous les portiques,
    La foule en révolte pousser ses plaintes dans la nuit,
    Puis, lasse de vivre, se jeter par les champs
    Et détruire de ses mains ses propres maisons
    Avec les temples abandonnés de dégoût,
    Quand je vis les frères se fuir, et les amants
    Passer sans se voir, le père ne plus connaître
    Son fils, les paroles des hommes
    Et la loi humaine cesser d'être comprises,
    L'effroi me saisit avec le sens de ces choses:
    C'était son Dieu qui se séparait de mon peuple!
    Je l'entendis qui partait, je levai les yeux
    Vers l'astre muet d'où il était descendu.
    Et j'allais m'offrir en expiation. Ce fut encore
    De beaux jours une abondance. Et même il parut
    Enfin comme un renouveau; et au souvenir
    De l'âge d'or où régnait seule la confiance,
    Matin limpide et fort, se dissipa
    Du peuple à moi le terrible ressentiment,
    Et des liens solides librement nous unirent,
    Et de toute vie nous invoquâmes les Dieux.
    Mais quand le peuple par gratitude me couronnait,
    Que je sentais l'âme du peuple m'approcher
    Toujours plus, et moi seul, souvent j'étais saisi:
    Quand un pays va mourir, l'Esprit se suscite
    Un dernier élu que sa voix traverse,
    Son chant du cygne aux derniers accents de la vie.
    Mais je l'ai servi, malgré ce pressentiment, docile.
    Tout est accompli. Désormais je n'appartiens
    Plus aux mortels. Ô consommation de mon temps!
    Ô Esprit, toi qui nous a nourris, toi qui règnes
    En secret au plein du jour et dans la nuée,
    Et toi, ô lumière, et toi la Terre, ô ma Mère!
    Me voici, serein, puisque mon heure m'attend,
    L'heure nouvelle de longue date fixée.
    Je vais le trouver non plus en image, ni l'instant
    D'un bref bonheur comme autrefois chez les mortels,
    Vais le trouver dans la mort, le Dieu du vivant,
    Et aujourd'hui même l'affronter, aujourd'hui
    Qu'il nous prépare, le Maître du Temps, en signe
    De fête pour moi et pour lui, un orage.
    Comprends-tu ce calme, alentour? connais-tu ce silence
    Du Dieu qui jamais ne dort? attends-le ici !
    À la mi-nuit tout sera par lui accompli.
    Et si tu es, comme tu dis, du Dieu Tonnant
    Le familier, si, accordé à ses pensées,
    Ton esprit par les voies qu'il connaît l'accompagne,
    Viens avec moi maintenant que le cœur de la Terre
    Gémit de solitude et qu'au souvenir
    De leur union d'autrefois la Mère, la ténébreuse,
    Lève vers l'Éther ses bras de feu déployés,
    Et maintenant que le Dominateur vient dans sa foudre,
    Attestant notre affinité
    Avec lui jusqu'en bas dans les flammes sacrées.
    Mais si tu préfères, quant à toi, rester à l'écart,
    Pourquoi m'envier ce destin? s'il n'est point la part
    À toi dévolue, ton bien, pourquoi me le prendre,
    Pourquoi te mettre en travers? Ô vous, les Génies,
    Vous qui m'assistiez dans mes premiers pas,
    Pères des projets lointains! je vous remercie,
    Libéré de tout autre devoir, vous m'avez donné
    De conclure ici la longue somme de mes souffrances
    Par une libre mort et dans la loi divine !
    Mais pour toi c'est fruit défendu! laisse alors et pars!
    Et quand tu ne peux me suivre, ne juge pas.
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30
    Loading

    Documents associés