• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Don Carlos Infant d'Espagne

    Friedrich Shiller

    « Don Carlos est le drame de beaucoup le plus long, le plus complexe et le plus touffu qu'ait écrit Schiller. Il aboutit à une quadruple catastrophe dont les victimes sont don Carlos et Posa, le roi et la reine; don Carlos meurt à cause de son amour pour la reine et de ses rêves politiques, Posa succombe pour son idéal de liberté, la reine voit sa vie à tout jamais brisée par la catastrophe qui coûte la vie à don Carlos, Philippe II enfin se voit contraint d'abdiquer en quelque sorte sa royauté et de s'abandonner sans réserve à l'impérieuse domination du grand inquisiteur » ( H.Lichtenberger, « Don Carlos (1783 - 87) dans

    Dictionnaire biographique, < http://www.cosmovisions.com/Schiller03.htm >
    )

    « L'histoire de Don Carlos aurait pu rester celle d'une procédure hâtive, d'une substitution devant notaire. Mais elle a fasciné toute la littérature européenne. Le matériau était riche. Le premier, l'abbé de Saint-Réal en déposséda les chroniqueurs. Il en fit un roman. Otway, Campistron, Le Fèvre, Alfieri en firent chacun une tragédie. Louis-Sébastien Mercier en fit un curieux drame, en prose et en cinquante-deux scènes.

    Cependant Schiller seul a su y voir autre chose qu'un triangle impossible (père/fils/belle-mère), qu'un prétexte à pamphlet libertaire, ou qu'un rocambolesque couronné.

    Carlos le dit d'emblée : « Je ne sais que trop bien qu'à cette cour je suis trahi ». Il n'est pas trahi par des factieux ou des conjurés. Il est trahi par son père, pire, par son roi. Pire, parce que la cour honore ce qu'honore le roi, méprise ce qu'il méprise.

    Le roi a choisi de mépriser la parole donnée.

    Le Don Carlos de Schiller est un drame de la parole trahie.

    En se parjurant, le roi a introduit le doute. En dévoyant sa parole, il a dévoyé la parole. La parole construite, et dite en face, devient suspecte. Toutes sortes de paroles contournées et détournées s'y substituent.
    Ainsi la scène résonne de rumeurs, de bruits, de on-dit. On chuchote dans les antichambres - rumeurs sur le roi répandues parmi le peuple, rumeurs sur l'incident entre le roi et la reine, sur la nomination d'Albe en Flandres, sur le fantôme de Charles Quint... » (postface de Sylvain Fort, p. 257)

    Opéra Verdi

    ACTE V
    DERNlIÈRE SCÈNE
    Carlos, La reine. Puis le roi et sa suite.

    CARLOS, en habit de moine, un masque sur le visage, qu'il ôte à ce moment. Sous le bras. une épée nue. II fait très sombre. Il s'approche d'une porte, qu'on lui ouvre, La reine sort, vêtue pour la nuit, portant un flambeau allumé. Carlos plie le genou devant elle.

    Élisabeth !

    LA REINE, le contemplant avec une mélancolie silencieuse.
    Ce sont là nos retrouvailles?

    CARLOS
    Ce sont là nos retrouvailles!

    Silence.


    LA REINE, cherchant à se reprendre.
    Levez-vous. Ne nous attendrissons pas l'un l'autre, Carle. La volonté
    De ce grand mort n'est pas qu'on le célèbre
    Par d'impuissantes larmes, Elles sont réservées
    À de moindres souffrances! ... Il s'est sacrifié
    Pour vous! De sa précieuse vie,
    Il racheta la vôtre ... Et ce sang
    Aurait coulé pour un vain songe?. Carlos!
    J'ai répondu de vous sur moi-même.
    Cette caution sut rendre plus joyeux
    Ses adieux à ce monde. Me ferez-vous
    Mentir?

    CARLOS, exalté.
    Je veux lui édifier
    Un tombeau comme jamais roi
    N'en eut .. Qu'un Paradis fleurisse
    Sur ses cendres!.

    LA RElNE
    C'est ainsi que je vous ai voulu!
    C'était la grande idée de sa mort !
    Et c'est moi qu'il a choisi comme exécutrice
    De ses dernières volontés. Je vous en préviens.
    J'aurai à cœur de voir ce serment accompli.
    Il est encore un autre legs, qu'à l'heure de mourir,
    Il remit entre mes mains ... Je lui ai donné
    Ma parole ... et - pourquoi le taire?-
    Il m'a confié son Carle .. Je veux braver
    Les apparences ... ne plus trembler devant les hommes ...
    Avoir enfin l'audace d'un ami. À mon cœur
    De parler. Il nommait vertu notre amour ?
    Je l'en crois, et mon cœur désormais.

    CARLOS
    N'achevez pas, Reine. Je m'enlisais
    En un rêve long et pénible.
    J'aimais. Me voici éveillé. Oublions
    Le passé! Voici vos lettres
    Que je vous rends. Détruisez les miennes. Ne
    Craignez plus de moi nul emportement. C'est
    Terminé. Un feu pur a assaini
    Mon être. Ma passion gît dans les tombes
    Des morts. Nul désir humain
    Ne divise plus ce cœur .

    Après un silence, prenant sa main.

    Je suis venu
    Faire mes adieux. Mère, je vois enfin
    Qu'il est un bien plus haut, plus désirable
    Que ta possession .. Une brève nuit
    A mis des ailes aux pas lourds de mes ans
    Et m'a fait homme avant mon heure.
    Je n'aurai désormais dans cette vie
    D'autre tâche que me souvenir de lui.
    Mes moissons sont faites...

    il s 'approche de la reine, qui se cache le visage.
    Vous ne me
    Dites rien, mère?

    LA REINE
    Ne vous souciez pas
    De mes larmes, Carle ... je ne puis m'empêcher.
    Mais, croyez-moi, je vous admire.

    CARLOS
    Vous étiez de notre union l'unique
    Confidente. C'est à ce titre-là
    Que vous resterez en ce monde mon bien
    Le plus précieux. Mon amitié, je puis
    Aussi peu vous l'offrir qu'hier encore
    Mon amour à une autre. Toutefois,
    La royale veuve me sera sacrée si la Providence
    M'installe sur ce trône!

    Le roi, accompagné du Grand Inquisiteur et de ses Grands, apparaît à l'arrière-scène, sans être aperçu.

    Je quitte à présent L'Espagne, et ne reverrai plus jamais
    Mon père ... plus jamais en cette vie.
    Il n'a plus mon estime. Elle est morte
    En mon cœur, la nature ... Redevenez
    Sa femme. Il a perdu
    Un fils.. Rentrez en vos devoirs. Je vole
    Au secours de mon peuple qu'opprime
    La main du tyran. Madrid
    Me verra roi ou ne me verra plus. Et maintenant, ce dernier adieu!.

    Il l'embrasse.

    LA REINE
    Que faites-vous de moi?...Ô Carle, Je ne saurais
    Prétendre m'exalter à cette grandeur virile,
    Mais vous comprendre et admirer - je le puis.

    CARLOS
    Ne suis-je point fort, Élisabeth? Je vous ai
    Tenue entre mes bras, et n'ai point défailli.
    De cette place, hier encore, les affres
    D'une mort imminente ne m'eussent arraché.
    Il la quitte.
    C'est terminé. Je défie désormais les destins
    Des mortels. Je vous ai tenue dans mes bras
    Et n'ai pas défailli ... Chut! N'entendez-vous rien?
    Une horloge sonne.

    LA REINE
    Je n'entends rien que le terrible glas
    Qui nous dit l'heure de la séparation.

    CARLOS
    Bonne nuit Donc, mère. C'est de Gand que vous recevrez
    Ma première lettre, qui dira bien haut le secret
    De notre commerce. Je m'en vais
    Agir à découvert avec ce don Philippe.
    Désormais, je le veux, plus de mystère
    Entre nous. Vous n'aurez plus à craindre
    Les regards du monde ... Ce sera là
    Ma dernière imposture.

    Il va pour reprendre son masque. Le roi s'interpose.

    LE ROI
    Oui, la dernière!
    La reine tombe sans connaissance.

    CARLOS, se précipite vers elle et la reçoit dans ses bras.
    Morte?
    Ô Ciel et Terre !

    LE ROI, Froid et calme, au Grand Inquisiteur.
    Cardinal! J'ai fait Ma part. Faites la vôtre.
    Il sort.

    Source
    Friedrich von Schiller, Don Carlos, Infant d'Espagne. Poème dramatique en cinq actes. Traduction et postface de Sylvain Fort, Paris, L'Arche, 1997.

    IMAGE
    Roberto Alagna et Marina Poplavskaya dans les rôles de Don Carlos Infant et d'Élisabeth de Valois, reine d'Espagne dans l'opéra Don Carlos de Verdi, au Met de New York, sous la direction de Yannick-Nézet Séguin.
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30
    Loading

    Documents associés