• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Dans le cimetière de...

    Victor Hugo

    Pour Victor Hugo (1802-1885), le cimetière est un lieu privilégié de la solitude paisible et de la pensée ouverte, de l'imaginaire fertile et du rève magique, de la convivialité des morts et des vivants. Loin de la folie des foules, l'esprit du poète trouve une source de lumière et de foi, d'espérance et d'amour.


    La foule des vivants rit et suit sa folie,
    Tantôt pour son plaisir, tantôt pour son tourment ;
    Mais par les morts muets, par les morts qu'on oublie,
    Moi, rêveur, je me sens regardé fixement.

    Ils savent que je suis l'homme des solitudes,
    Le promeneur pensif sous les arbres épais,
    L'esprit qui trouve, ayant ses douleurs pour études,
    Au seuil de tout le trouble, au fond de tout la paix !

    Ils savent l'attitude attentive et penchée
    Que j'ai parmi les buis, les fosses et les croix ;
    Ils m'entendent marcher sur la feuille séchée ;
    Ils m'ont vu contempler des ombres dans les bois,

    Ils comprennent ma voix sur le monde épanchée,
    Mieux que vous, ô vivants bruyants et querelleurs !
    Les hymnes de la lyre en mon âme cachée,
    Pour vous ce sont des chants, pour eux ce sont des pleurs.

    Moi, c'est là que je vis! – cueillant les roses blanches,
    Consolant les tombeaux délaissés trop longtemps,
    Je passe et je reviens, je dérange les branches,
    Je fais du bruit dans l'herbe, et les morts sont contents.

    Là je rêve! et, rôdant dans le champ léthargique,
    Je vois, avec des yeux dans ma pensée ouverts,
    Se transformer mon âme en un monde magique,
    Miroir mystérieux du visible univers.

    Regardant sans les voir de vagues scarabées,
    Des rameaux indistincts, des formes, des couleurs,
    Là, j'ai dans l'ombre, assis sur des pierres tombées,
    Des éblouissements de rayons et de fleurs.

    Là, le songe idéal qui remplit ma paupière
    Flotte, lumineux voile, entre la terre et nous ;
    Là, mes doutes ingrats se fondent en prière ;
    Je commence debout et j'achève à genoux.

    Comme au creux du rocher vole l'humble colombe,
    Cherchant la goutte d'eau qui tombe avant le jour,
    Mon esprit altéré, dans l'ombre de la tombe,
    Va boire un peu de foi, d'espérance et d'amour !


    Victor HUGO, Les rayons et les ombres, 1840.

    Accueil Index général Narrations Méditations Études
    Auteurs Livres Pensées et extraits Thèmes
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30
    Loading

    Documents associés

    • Les suicidés au carrefour
    • Les suicidés au carrefour Ont leur sépulture assignée. Une pâle fleur bleue est née Sur la fosse...
    • Dans le cimetière de...
    • La foule des vivants rit et suit sa folie, Tantôt pour son plaisir, tantôt pour son tourment ;...