• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Amok ou le fou de Malaisie

    Stefan Zweig

    Le narrateur obtient une place sur l'Océanie de l'agence maritime de Calcutta pour rentrer en Europe. La nuit, il monta sur le pont du navire en tâtonnant. Il chercha la solitude et rencontra dans cette sortie nocturne un médecin aux comportements étranges et torturés par une angoisse qui lui fait fuir toute compagnie. Le narrateur, saisi par le devoir d'aider cet étrange compagnon, prend le temps et la patience d'écouter le récit du médecin. Celui-ci venait de refuser, pour des raisons professionnelles, à une dame blanche, de la haute société de la ville coloniale, d'accéder à sa demande d'interrompre sa grossesse avant du retour de son mari parti en expédition. Regrettant son geste à l'égard d'une dame au regard hautain et au raisonnement froid et calculé, le médecin porté à la fois par la haine et par l'amour de celle-ci perd tout contrôlé sur lui-même. Dans la chaleur torride du jour, il sort de chez lui dans la quête angoissée et indomptable de cette femme abandonnée. Il décrit ses sensations et ses émotions qui le dévorent durant cette course effrénée. Il est entièrement sous l'influence de l'Amok.

    [...] comme médecin, j'avais pu toujours établir un diagnostic de mon propre état. Mais, à partir de ce moment, je fus saisi comme par la fièvre ... Je perdis tout contrôle sur moi-même ... au plutôt je savais bien que tout ce que je faisais était insensé, mais je n'avais plus aucun pouvoir sur moi. ... Je ne me comprenais plus moi-même... Je n'avais plus qu'une idée fixe: atteindre mon but ..., D'ailleurs, attendez ... peut-être, malgré tout, pourrai-je encore vous faire comprendre ... Savez-vous ce que c'est que l'amok?

    - Amok ? .. je crois me souvenir ... c'est une espèce d'ivresse chez les Malais.

    - C'est plus que de l'ivresse ... c'est de la folie, une sorte de rage humaine, littéralement parlant .. , une crise de monomanie meurtrière et insensée, à laquelle aucune intoxication alcoolique ne peut se comparer. Moi-même, au cours de mon séjour là-bas, j'ai étudié quelques cas, - lorsqu'il s'agit des autres on est toujours perspicace et très positif, - mais sans que j'aie pu jamais découvrir l'effrayant secret de leur origine... La cause en est, sans doute, au climat, à cette atmosphère dense et étouffante qui oppresse les nerfs comme un orage, jusqu'à ce qu'ils finissent par éclater, .. Donc l'amok ... oui, l'amok, voici ce que c'est: un Malais, n'importe quel brave homme plein de douceur, est en train de boire paisiblement son breuvage... il est là, apathiquement assis, indifférent et sans énergie ... tout comme j'étais assis dans ma chambre ... et soudain il bondit, saisit son poignard et se précipite dans la rue ... il court tout droit devant lui, toujours devant lui, sans savoir où...Ce qui passe sur son chemin, homme ou animal, il l'abat avec son kris *, et l'odeur du sang le rend encore plus violent... Tandis qu'il court, la bave lui vient aux lèvres, il hurle comme un possédé ... mais il court, il court toujours, sans rien voir de ce qu'il y a ni à sa droite ni à sa gauche, courant toujours en poussant son cri perçant et tenant à la main, dans cette course épouvantable, son kris ensanglanté ... Les gens des villages savent qu'aucune puissance au monde ne peut arrêter celui qui est en proie à cette crise de folie sanguinaire ... et, quand ils le voient venir, ils vocifèrent, du plus loin qu'ils peuvent, le sinistre avertissement : «Amok! Amok!» et tout s'enfuit ... Mais lui, sans entendre, poursuit sa course; il court sans rien voir et continue de tuer tout ce qu'il rencontre ... jusqu'à ce que l'on l'abatte comme un chien enragé ou qu'il s'affaisse anéanti et tout écumant ...

    «Un jour, j'ai vu cela de la fenêtre de mon bungalow ... c'était horrifiant ... et, parce que je l'a vu, je me comprends moi-même en ces heures-là ... car c'est ainsi, exactement ainsi, avec ce regard terrible dirigé droit devant moi, sans rien voir de ce qu'il y avait à droite ni à gauche, sous l'empire de cette folie, que je me précipitai ... derrière cette femme ... Je ne sais plus comment je fis; tout se déroula si furieusement, avec une rapidité tellement insensée ... Dix minutes après ... non cinq, non deux ... je savais tout d'elle: son nom, sa demeure, sa situation, et je retournais chez moi en grande vitesse sur une bicyclette empruntée hâtivement; je jetais un complet dans une malle, je prenais de l'argent et je filais en voiture à la station de chemin de fer ... je filais sans annoncer mon départ au chef de district... sans me faire remplacer, en laissant tout en plan et la maison ouverte à tout le monde ... Les domestiques m'entouraient, les femmes s'étonnaient et me questionnaient; je ne répondais pas, je ne me retournais pas ... Je filais à la gare et roulais vers la ville par le premier train ... En tout, une heure après l'entrée de cette femme dans ma maison, j'avais jeté mon passé par-dessus bord et je me précipitais dans le vide, comme un amok ...

    «Je cartrais droit devant moi, la tête contre la cIoîson du compartiment ... A six heures du soir, j'arrivais ... à six heures dix, je me trouvais chez elle et me faisais annoncer ... C'était, vous le comprenez, l'acte le plus stupide que je pusse commettre. Mais l'amok a les yeux troubles; il ne voit pas où il se précipite ... Au bout de quelques minutes, le domestique revint... et, sur un ton poli et froid, il me déclara que Madame n'était pas bien et ne pouvait pas me recevoir ...

    «Je sortis en titubant ... Une heure durant, je fis le tour de la maison, possédé par l'absurde espoir qu'elle viendrait peut-être me chercher ... Puis je pris une chambre à l'Hôtel du Rivage et me fis monter deux bouteilles de whisky ... Celles-ci et une double dose de véronal vinrent à mon aide ... Je m'endormis enfin d'un sommeil trouble et agité, unique pause dans cette course entre vie et mort. »

    * une arme blanche de cérémonie caractéristique de l'Indonésie et de la Malaisie (EV)
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30
    Loading

    Documents associés

    • Amok ou le fou de Malaisie
    • [...] comme médecin, j'avais pu toujours établir un diagnostic de mon propre état. Mais, à partir...