• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Aglavaine et Sélysette (Extraits)

    Maurice Maeterlinck

    «Le plus génial des drames de Maeterlinck est sans conteste son Aglavaine et Sélysette, un des joyaux de la littérature mondiale. Ce drame est d'une profonde mélancolie, mais recèle des trésors de poésie. Méléandre qui a épousé la douce et timide Sélysette se prend à aimer d'un amour partagé la noble Aglavaine. C'est un amour pur qui les soulève au-dessus de la poussière. Mais Sélysette souffre de ne point posséder seule le coeur de Méléandre. La tendre créature, toute d'abnégation, prend la résolution de se sacrifier pour le bonheur de son mari et d'Aglavaine...» (Discours de l'acceptation du Prix Nobel, 1911)
    ACTE PREMIER

    SCÈNE UNIQUE

    Une salle du château

    On découvre Méligrane endormie sur un siège à haut dossier, tout au fond de la salle. Entrent Méléandre et Sélysette.


    MÉLÉANDRE

    Voici la lettre d'Aglavaine :

    Lisant.

    «Ne sortez pas à ma rencontre. Attendez-moi dans la salle où vous attendez d'ordinaire que sonne l'heure du repos et je n'aurai pas l'air d'une étrangère. Je vous écris ceci en descendant du navire qui m'a porté vers vous. La traversée fut sereine et très belle, mais en débarquant, j'ai trouvé les chemins défoncés par les pluies; et le soleil sera probablement couché avant que j'aperçoive les tours du vieux château où la bonne Sélysette a voulu recueillir la veuve de son frère...

    SÉLYSETTE, battant des mains

    Oh! le soleil se couche!... Regarde donc. Elle doit être bien près... Je vais voir...

    MÉLÉANDRE,la retenant d'un geste et continuant de lire

    «... Je ne vous ai vu qu'une fois, Méléandre, au milieu de la dispersion et de l'embarras de mes noces ; - mes pauvres noces, hélas ! où nous n'avions pas aperçu le convive qu'on n'invite jamais et qui s'assoit toujours à la place du bonheur qu'on attend. -Je ne vous ai vu qu'une fois, il y a plus de trois ans; et cependant je viens vers vous avec moins d'inquiétude que si nous avions dormi tout enfants dans le même berceau...

    [562]

    SÉLYSETTE,se retournant

    Oh ! Grand'mère dort encore !... Faudra-t-il l'éveiller quand Aglavaine sera là?...

    MÉLÉANDRE

    Oui; elle l'a demandé...

    SÉLYSETTE

    Ses cheveux blancs couvrent ses yeux... Elle n'est pas heureuse ce soir... Oh ! Je vais l'embrasser...

    MÉLÉANDRE

    Prends garde ; ne l'éveille pas avant l'heure...

    Continuant de lire.

    « ...Je suis si sûre de retrouver un frère !... Nous ne nous sommes presque rien dit, mais les quelques paroles que vous m'avez dites avaient un autre aspect que toutes celles que j'avais entendues jusque-là...

    SÉLYSETTE

    Ne lis pas si vite...

    MÉLÉANDRE, continuant de lire

    «... Et puis que j'ai donc hâte d'embrasser Sélysette!... Elle doit être si bonne, elle doit être si belle, puisqu'elle vous aime et puisque vous l'aimez ! Je vais l'aimer bien plus que vous ne l'aimerez jamais, car je sais aimer davantage; j'ai été malheureuse... Et maintenant, je suis heureuse d'avoir souffert ; je pourrai partager avec vous ce qu'on acquiert dans la tristesse. Il me semble parfois que le tribut que j'ai payé suffira pour nous trois; que le destin n'aura plus rien à réclamer et que nous pouvons nous attendre à une vie merveilleuse. Nous n'aurons plus d'autre inquiétude que celle du bonheur. Et pour vous et pour moi, pour Sélysette aussi, d'après le peu que vous m'en avez dit, le bonheur ne se trouve que dans ce qu'il y a de meilleur en nous-mêmes. Nous n'aurons plus d'autre souci que de devenir aussi beaux que possible afin de nous aimer tous les trois davantage ; et nous deviendrons bons à force de nous aimer. [563] Nous mettrons tant d'amour en nous-mêmes et tout autour de nous, qu'il n'y aura plus de place pour le malheur et la tristesse ; et s'ils veulent entrer malgré tout, il faudra bien qu'ils deviennent plus doux, avant d'oser frapper à notre porte... »

    [...]

    AGLAVAINE, alarmée

    Qu'y a-t-il, qu'y a-t-il, Sélysette?-

    SÉLYSETTE

    Rien, rien, cela se passe... je croyais que je n'allais plus dire la vérité...

    AGLAVAINE

    Je ne la demanderai plus, Sélysette-

    SÉLYSETTE

    Mets ta main sur ma bouche quand je ne dirai plus la vérité- promets-le, promets-le, je t'en prie... [654]

    AGLAVAINE

    Je te le promets, Sélysette...

    SÉLYSETTE, à Méléandre

    J'ai quelque chose à lui dire, Méléandre-

    Méléandre s'éloigne silencieusement.

    Il est triste, il est triste... Tu lui diras un jour, un peu plus tard, lorsque l'oubli sera venu- mets ta main sur mes lèvres, Aglavaine, je souffre tout à coup...

    AGLAVAINE

    Dis-le-moi, dis-le moi, Sélysette-

    SÉLYSETTE

    J'ai oublié tout ce qu'il fallait dire... ce n'était pas la vérité, mais le mensonge qui venait... Mets ta main sur mes yeux, en même temps, Aglavaine... il faut que tu les fermes comme tu les a ouverts... Il est vrai, il est vrai...

    AGLAVAINE

    Sélysette?...

    SÉLYSETTE, très faiblement

    Je suis... je suis tombée en me penchant...

    Elle meurt.

    AGLAVAINE, appelant dans un sanglot

    Méléandre...

    MÉLÉANDRE, tombe en sanglotant sur le corps de Sélysette

    Sélysette!...

    Texte intégral:
    http://ae-lib.org.ua/texts/maeterlinck__aglavaine_et_selysette__fr.htm
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30
    Loading

    Documents associés

    • Les Aveugles
    • ACTE UNIQUE (extrait) Une très ancienne forêt septentrionale, d'aspect éternel sous un ciel...
    • L'Intruse
    • ACTE UNIQUE (extrait) Une salle assez sombre en un vieux château. Une parte à droite, une porte à...