• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Acte d'amour, vieillesse et mort

    Hermann Hesse

    Dans l'acte amoureux, on retrouve le jeu de la vie et de la mort, deux contraires qui s'appellent. Ainsi en est-il de chaque expérience humaine qu'elle soit joyeuse ou douloureuse. La face lumineuse et la face ténébreuse de l'existence s'interposent.
    L'acte d'amour

    L'extase brève et fugitive de l'acte amoureux, sa flambée passagère dans l'ardeur du désir, son extinction rapide, c'était pour lui le fond de toute expérience humaine, c'était devenu le symbole de toutes les joies et de toutes les souffrances de la vie. Il pouvait s'abandonner à cette détresse, à ce frisson en présence des choses qui passent avec la même passion qu'à l'amour; et cette mélancolie, elle aussi, était de l'amour, elle aussi était de la volupté. Tout comme la jouissance d'amour, à l'instant le plus délicieux de son épanouissement suprême, est sûre de décroître l'instant d'après et de disparaître dans la mort, de même la solitude de l'âme et l'abandon à la mélancolie* sont sûrs de faire place soudain au désir, à une nouvelle adhésion à la vie et à sa face lumineuse. La mort et la volupté ne font qu'un. La Mère de la vie; on pouvait dire aussi que c'était la tombe, la putréfaction. (Narcisse et Goldmund, Traduit de l'allemand par Fernand Delmas, Calmann-Lévy, « Le Livre de Poche », 1948, p. 139)

    Hermann Hesse a des rapports fraternels avec la mort. Appartenance et libération sont les maîtres sentiments évoqués par le poème adressé à sa soeur aimée qui portant se drape de froideur et lui apparaît en étrangère lointaine. Dans son désir d'éternité ce poète s'abandonne librement à la mort.

    Mort, ma soeur

    Tu viendras me chercher, moi aussi,
    Je ne serai pas oublié
    La fin n'est que souffrances infinies
    Puis la chaîne est brisée.

    Tu es encore lointaine, étrangère
    Oh, mort, ma très chère soeur,
    Tu planes sur ma misère
    Tel un astre de froideur.

    Mais un jour, tu te rapprocheras
    Emplie d'un désir sans fin
    Viens près de moi, aimée, je suis là,
    Prends-moi car je t'appartiens.

    (Hermann Hesse, Éloge de la vieillesse, Calmann-Lévy, 2000, p. 177)

    La vie est un cheminement par étapes et une succession de métamorphoses. Vivre, c'est rester éveillé à la nouveauté

    Nous ne devons pas nous efforcer de retenir le passé

    Nous ne devons pas nous efforcer de retenir le passé ou de le reproduire. Il faut être capable de se métamorphoser, de vivre la nouveauté en y mettant toutes nos forces. Le sentiment de tristesse qui naît de l'attachement à ce qui est perdu n'est pas bon et ne correspond pas au véritable sens de la vie.

    (Hermann Hesse, Éloge de la vieillesse, o.c., p. 87)

    Vivre

    Vivre devrait ressembler selon moi à un acte de transcendance, à une progression étape par étape. Il faut traverser les espaces les uns après les autres en les laissant chacun derrière soi comme le musicien qui écrit, joue, achève puis abandonne les uns après les autres les thèmes et les tempi, sans jamais de lassitude, de repos, toujours vif, pleinement présent. J'ai découvert l'existence de ces étapes, de ces espaces en analysant l'expérience de l'éveil à la nouveauté. J'ai noté par exemple que les instants qui marquent la conclusion d'une période de notre vie ont une tonalité un peu terne, semblent porter en eux le désir de la fin qui incite à passer à autre chose, à s'éveiller, à prendre un nouveau départ.

    (Hermann Hesse, Éloge de la vieillesse, o.c., p. 89)
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30
    Loading

    Documents associés