• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    À la vie, à la mort

    Angéline Neveu

    Les Notes brèves extraites de son journal nécrologique sont comme le témoignage d'une vie marquée, dès l'enfance, par l'enchaînement de deuils* vécus dans la douleur et dans la violence de la séparation. Les diverses étapes, qui jalonnent sa vie de poète, l'ont conduite jusqu'à la conscience aiguë de l'importance de son identité, de son autonomie* et de sa liberté*. Celles-ci ont pour elle tant de prix qu'elle veut les préserver coûte que coûte en se tournant résolument vers la vie.
    Cessation de vie, succession de trépas, la mort a jalonné mon existence, dans la proximité à peine discontinue d’une cohabitation subtile au fil du temps passé sur terre…

    À sept ans, j’appris la mort de mon grand-père italien, le père de ma mère, un musicien.
    J’avais perdu une dent en rêve et selon les superstitions de maman, c’était le signe annonciateur d’une mort certaine. Et il en était la preuve.

    À l’âge de mes quinze ans, ma sœur aînée, s’allongea de nuit dans sa rivière en plein mois de janvier après avoir bu un litre de scotch. Elle en mourut.
    Par protection mais surtout par ignorance, je fus tenue à l’écart de ses funérailles. Je ne la revis jamais. En revanche je ne pus m’en détacher pendant plusieurs décennies, cultivant son fantasme d’héroïne qu’elle avait toujours été à mes yeux, sa mort volontaire.

    À vingt-quatre ans, je fus chargée d’accompagner mon père pendant son transport en ambulance entre deux hôpitaux. Je recueillis ses dernières paroles qui relataient sa vie jusqu'à ses dix-sept ans et l’importance qu’avait eue la piscine dans son existence. C’était un ancien champion de France de plongeon. Le legs fut au-delà du message. Je nage encore aujourd’hui. C’était également un champion d’haltérophilie au record longtemps inégalé. Il disparut dans le second hôpital. Le cours de sa vie s’arrêta pour moi à cet instant précis. Les ambulanciers le transportèrent à l’intérieur de l’édifice. Il en ressortit mort…
    Ma peine s’avéra immense mais réprimée par la bienséance aristocratique de mon mari. Chialer équivalait à un manque de classe. Dépendante de cette assertion, je cessai de pleurer pendant vingt-quatre ans.

    Mon amie Ziska était médecin et sophrologue. Avec elle ce fut une mort connectée perçue à distance. J’étais en Inde, à Goa, c’était un dimanche de Pâques et sans raison apparente, j’étais de très mauvaise humeur. Je refusais toute activité, et je m’en souviens encore. De retour un an plus tard à Paris, un galeriste m’apprit sa mort volontaire qui avait eu lieu le dimanche de Pâques. J’ai établi le lien sur le champ…

    Je pense encore à la mort de Michel, à celle de cette jeune marocaine qui s’est pendue dans le dortoir du lycée pour échapper à son mariage forcé, à Gérard mon ami d’enfance disparu récemment qui me tirait les nattes à la sortie de l’école des Sœurs quand j’avais sept ans, d’autres…

    Et puis ce fut la cascade de drames auxquels je dus faire face récemment. En moins de trois mois, j’apprenais la disparition de mon ex-mari, la mort de ma mère et le suicide de mon autre sœur qui s’est jetée par la fenêtre. Un mois plus tard, un camarade, un ami depuis quarante ans disparaissait à son tour…

    J’ai vécu les différentes étapes du deuil, dans l’ordre et dans le désordre à savoir le déni, la colère, la tristesse, la dépression pour en finir avec l’acceptation. Je suis allée chercher de l’aide. Le temps a fait le reste. Je suis devenue une femme de Nyx.

    Dans la mort, la disparition du corps, de l’enveloppe charnelle s’est révélée moins importante et moins violente que l’extinction de la conscience et l’entité du moi. C’est la force du sentiment qui donne un sens à la vie, à la mort.

    Alors j’ai compris que je devais me tourner vers la vie…
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30

    Documents associés

    • À la vie, à la mort
    • Cessation de vie, succession de trépas, la mort a jalonné mon existence, dans la proximité à peine...