Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Québec - ville

Témoignages  sur Québec

Voici un bref témoignage de Charles Dickens et un autre où Stephan Zweig, l'un des  plus grands biographes du XXème siècle, grand voyageur aussi qui, de passage aux États-Unis en 1911, nota que les six millions d'allemands émigrés dans ce pays, n'avaient conservé aucune trace de leur langue et de leur culture. Au cours du même voyage, de Boston, il se rendit à Québec.

Charles Dickens

«L’impression que produit sur le visiteur ce Gibraltar d’Amérique - par ses hauteurs étourdissantes, sa Citadelle suspendue dans les airs, ses rues escarpées et pittoresques, ses portes à l’allure renfrognée, les vues si saisissantes qui accrochent l’oeil à chaque détour - est quelque chose d’unique et d’impérissable.» Charles Dickens, 1842

Stefan Zweig

Enfin Québec, l'ancienne capitale de la Nouvelle-France. Pour l'atteindre il faut traverser le Saint-Laurent à Lévis. Et quel spectacle grandiose que cet immense fleuve gelé devenu, d'une rive à l'autre, un gigantesque bloc de glace ! De grands vapeurs sont emprisonnés dans cette couverture verte, des voiliers plus petits sont recouverts d'une couche de glace jusqu'en haut du mât, enveloppés, dirait-on, d'une housse de verre. Le bac, avec son propre brise-glace, se fraie une voie, il assure inlassablement la navette. Mais au bout d'une demi-heure une croûte s'est de nouveau formée sur l'eau : de la quille montent de légers craquements, comme si on cassait en deux du verre filé.

De l'autre côté, Québec attend. Je ne sais rien de plus émouvant dans notre vision du monde actuel que ces îlots linguistiques isolés qui, après avoir subsisté pendant des siècles, s'effritent petit à petit et vont au devant de leur perte, contre laquelle ils se rebellent, mais sans espoir. L a culture allemande tout entière en Amérique est un de ces îlots en déliquescence, néanmoins ce déclin n'est pas aussi tragique à voir, aussi évident que dans les possessions françaises. De l'Inde, conquise jadis pour eux par Dupleix, les Français n'ont conservé que Pondichéry — encore une de ces petites villes touchantes respectueuses de la tradition —, du Canada, qui leur appartient en propre sous trois rois, leur sont restées simplement ces quelques cités qui continuent à se défendre avec bravoure contre le raz de marée anglais. Deux cents, trois cents soldats, envoyés alors à temps par la France, auraient pu sauver l'Inde ou le Canada des Anglais : c'est ce que répètent avec tristesse çà et là ces derniers Français, les descendants des grands hommes célébrés par Cooper, Thackeray dans leurs romans. Champlain et Dupleix, ces deux figures historiques françaises — auxquelles manqua uniquement un succès durable qui aurait porté sur ses ailes leurs hauts faits —, sont les véritables ancêtres spirituels de Napoléon. O n ne saurait le comprendre sans ces hardis aventuriers (pas plus qu'il n'est possible d'expliquer Shakespeare sans les dramaturges pré-élisabéthains). Leurs tombes à l'un et à l'autre sont oubliées de tous et il faut dénicher des livres rares ou se rendre dans des pays lointains pour connaître l'étendue de leur action.


 

Cette ville de Québec, autrefois la plus importante de l'Amérique, le point à partir duquel la France dominait les Etats jusqu'aux Grands Lacs du Nord — elle qui jadis baignait dans un romantisme sauvage inspiré par les Indiens —, fait l'effet à présent d'une aimable souspréfecture française. D'un seul coup, on oublie qu'on est en Amérique. Les gens ici ne sont pas en proie à la même précipitation agaçante, ils sont polis et comme ravis lorsqu'un étranger leur adresse la parole en français. Pour la première fois depuis des semaines, j'ai de nouveau entendu ici de vrais rires, francs et naturels ; pour la première fois j'ai ressenti à nouveau dans les ruelles étroites quelque chose qui s'apparentait au bien-être. E n bas, le port a beau avoir déjà été envahi par les tapageuses affiches anglaises, les constructions en brique américaines bon marché peuvent se mettre en avant (sans sacrifier un cent à la beauté) — les gens les ignorent. O n entend parler exclusivement français dans les rues, et aussi en rase campagne jusque loin vers l'est.

Comment ne pas éprouver de l'estime devant cette admirable ténacité avec laquelle quelques milliers de Français défendent leur langue depuis maintenant environ cent cinquante ans ? Sans aucun doute, six millions d'Allemands, si ce n'est plus, ont été aspirés par l'Amérique et n'ont laissé pratiquement aucune trace ; i l n'est pas une seule ville, une seule province où ils aient su sauver leur langue. Et là, ces quelques milliers de Français, sans renfort venu de leur pays d'origine, sans le soutien de quiconque, ont préservé leur idiome et leurs coutumes. Voilà bien un des plus curieux tours de force de cette race prétendument si décadente, exemple presque unique dans l'Histoire moderne.

Une promenade à travers la ville livre quelques explications. De droite et de gauche, on rencontre des religieuses et des prêtres. Ce sont eux qui ont, au fond, maintenu la résistance. Rien n'a autant protégé les races latines — les Français au Canada, les Etats espagnols d'Amérique centrale faibles et délabrés — d'un amalgame avec le caractère anglais que l'attitude de refus sèche adoptée par le catholicisme, uni a toujours vu dans les Anglais des hérétiques et des ennemis héréditaires. Si le prostestantisme allemand se fondit rapidement dans l'Église libre américaine et si la plupart des pasteurs très vite abandonnèrent dans leurs prêches l'allemand au profit de l'anglais, les prêtres, eux, ont dans leurs écoles donné aux enfants une éducations française et catholique. Omnia instaurare in Christo, telle est la devise des journaux français ici (ils ont d'ailleurs gardé également leur particularité nationale, alors que la presse allemande singe avec le plus grand empressement les méthodes des reporters américains). L'intransigeance du catholicisme mais aussi le nombre élevé d'enfants chez les Français du Canada — phénomène bien connu et sans cesse cité en exemple en France, sans pour autant être imité — ont édifié dans ce pays un rempart qui est un véritable monument à la gloire d'une énergie nationale comme il n'en existe de nos jours aucun autre.

A vrai dire, ce combat héroïque contre une suprématie illimitée semble désormais toucher à sa fin. Montréal est déjà perdu pour les Français en raison de la rapidité avec laquelle afflue une population étrangère. Cette ville, dont le développement a été gigantesque au cours des dernières décennies, est au centre d'une invasion européenne croissante d'année en année. Et c'est précisément le côté cosmopolite de ces masses qui impose l'utilisation d'une langue commune — l'anglais bien sûr. Toute personne raisonnable devrait conseiller à ces Français de mettre un terme à leur résistance (rendue d'autant plus obstinée par le danger actuel), mais la déraison est ici si merveilleusement héroïque que l'on a une seule envie : encourager ces descendants des hardis aventuriers. Ils partagent aujourd'hui, cent cinquante ans plus tard, le sort des Indiens qu'ils furent les premiers à expulser de leurs foyers, les chassant des forêts sacrées pour les refouler dans les steppes jusqu'à ce qu'ils fussent broyés, dissous dans des nations étrangères, dispersés, brisés. Maintenant, c'est à leur tour de devoir, poussés par les occupants du pays, abandonner une culture (sans aucun doute supérieure), celle de la France, pour entrer dans la sphère américaine. Il faudrait, si l'on voulait les sauver de l'oubli, la venue d'un poète qui, à la manière de Cooper, décrivant la fin des Mohicans, ferait connaître aux générations futures ce douloureux changement, l'héroïsme secret de cetultime repli. Leur destin fut de n être qu'un épisode. Avec eux se ferme un volume de l'Histoire et un autre s'ouvre, consacré à la puissance de ce gigantesque État canadien, dont peut-être les prochaines décennies rempliront déjà une page. »

Première source: Luc Bureau,  Mots d'ailleurs, le Québec sous la plume d'écrivains étrangers, Boréal, Montréal 2004, p.19-22.

Voyages, Paris, Belfond, 2000, 155 p. (p. 119-125)- Traduit de l'allemand par Hélène Denis-Jeannoy. © Belfond 2000 pour la traduction française. Article publié initialement en langue allemande dans le Frankfurter Zeitung, le 25 mars 1911, sous le titre « Bei den Franzosen in Canada ».

 

Articles


Fondation de la ville de Québec en 1608

Samuel de Champlain
Texte écrit en français d'époque.

Pour le retour du tramway à Québec

Yvon Larose
Des chercheurs du Centre de recherche en aménagement et en développement (CRAD) de l'Université Laval viennent de déposer à la Commission consultative sur le transport, la circulation et le stationnement de la Ville de Québec, un mémoire dans