Marie-Victorin

Articles


Trois Chansons

Voici trois chansons qui sont des poèmes sur la nature, grande consolatrice. Voir Croquis laurentiens, texte intégral.

Les Madelinots

Où on voit que le frère Marie-Victorin était également un fin linguiste. Voir Croquis laurentiens, version intégrale.

Les collines montérégiennes

La montagne de Beloeil. Voir Croquis laurentiens, texte intégral.

Le Vieux Longueuil

Le frère Marie-Victorin connaît bien Longueuil: en 1905, il enseigne la composition française, l'algèbre, la géométrie et la botanique au Collège de Longueuil. Voir Croquis laurentiens, texte intégral.

Le lac des Trois-Saumons

Une «belle nappe d'eau limpide encaissée dans les montagnes et parsemée d'îlots à la couronne de sapins toujours verts», décrite par Aubert de Gaspé dans Les Anciens Canadiens. Voir une carte de la Côte-du-Sud. Voir également Croquis lauren

Le lac Témiscamingue

Outre le lac Témiscamingue, il est question de Ville-Marie, la plus ancienne localité de l'Abitibi-Témiscamingue. Voir Croquis laurentiens, texte intégral.

Le Havre-aux-Maisons

Sur la continuité des traditions à Havre-aux-Maisons. Voir Croquis laurentiens, version intégrale.

Le Havre-au-Ber

Sur deux ensorcellantes Îles-la-Madeleine: le Havre-au-Ber et l'Étang-du-nord. Voir Croquis laurentiens, texte intégral.

La Pointe-aux-Graines

Le frère Marie-Victorin marie admirablement bien la géographie physique et la géographie humaine. Voir Croquis laurentiens, version intégrale.

La Grande-Entrée

Marie-Victorin allie la peinture de moeurs avec la description des beautés de la nature. Voir Croquis laurentiens, version intégrale.

L'Ile-aux-Coudres

C'est à l'Ile-aux-Coudres que fut célébrée la première messe au Canada, en 1535. Voir Croquis laurentiens, texte intégral.

Croquis laurentiens

Voici dans leur intégralité les Croquis laurentiens, du frère Marie-Victorin.

Brion

Voici la fin de la tournée des Îles, qui nous a menés vers vers le Havre-au-Ber, l'Étang-du-nord, le Havre-aux-Maisons, la Grande-Entrée, la Grosse-Ile et finalement Brion, «l'enfant perdu de la Madeleine». Voir Croquis laurentiens, version in

Au seuil des Laurentides

Le village qui meurt. Voir Croquis laurentiens, texte intégral.