• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Wilhoefft Charlotte

    Épouse du poète exalté Heinrich Stieglitz. Contracté après six longues années d’attente, leur mariage fut une amère déception. Malgré l’obtention de son doctorat et d’une chaire à l’université de Berlin, Heinrich se rendit compte de son échec littéraire et sombra dans la mélancolie*. Afin de lui rendre sa liberté créatrice, Charlotte, se revêtant d’une chemise blanche, enfonça dans son cœur la lame du poignard qu’elle venait d’acheter à Heinrich, la veille de son tour littéraire en Allemagne.

    Outre le symbolisme du geste amoureux, la lettre d’adieu* évoque l’image d’un amour éternel: «Tu ne pouvais devenir plus malheureux, très aimé, mais au contraire, tu peux être plus heureux au sein d’un malheur véritable. Dans le fait d’être malheureux, réside souvent une bénédiction merveilleuse: elle descendra assurément sur toi! Nous avons souffert tous deux d’une même souffrance, tu sais combien j’ai souffert en moi-même; que jamais retombe sur toi un reproche, car tu m’as beaucoup aimée! Cela va aller mieux pour toi, beaucoup mieux et dès à présent! Pourquoi? Je le sens et je ne trouve pas de mots pour le dire. Nous nous reverrons un jour plus libres, plus indépendants! Mais toi, tu achèveras d’abord de goûter la vie dans tout ce qu’elle peut t’offrir et il faut que tu prennes encore vaillamment tes ébats à travers le monde. Salue tous ceux que j’aimais et qui me le rendaient. Au revoir dans l’éternité tout entière! Charlotte» (cité dans A. Castelat, Belles et tragiques, t. I Paris, « J’ai lu », 1975, p. 128).

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-18
    Loading