• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Visages

    Tove Ditlevsen*, Visages (Ansigterne, 1968), roman traduit du danois par Danièle Rosadoni, Paris, Stock, « Nouveau cabinet cosmopolite », 1996, 201 p.

    Quatrième page de la couverture

    Auteur de livres pour enfants, Lise Mundus se sent déchirée entre son art et les demandes d'un monde extérieur qui la terrifie - et que personnifie Gitte, la gouvernante de la maisonnée, une femme très libérée, adepte enthousiaste de la rhétorique politique de la fin des années 60.

    Tourmentée par des voix sans visages et des visages hideusement déformés, Lise, après une tentative de suicide, atterrit dans la cellule d'un hôpital psychiatrique. L'ineffable Gitte devient la cible de la paranoïa de Lise, dont la folie nous est racontée avec un luxe de détails glaçants. Et pourtant Visages est un livre pétri d'optimisme quant à la force de la volonté humaine et au pouvoir de guérir que possède le pouvoir de créer. Ce pouvoir de créer auquel Lise devra finalement son salut.

    EXTRAITS

    Incipit

    Le soir, c'était un peu mieux. On pouvait prudemment le défriper et le regarder en espérant parvenir à en avoir une vue d'ensemble; ainsi regarde-t-on une tapisserie multicolore inachevée dont le motif se révélera peut-être un jour. Les voix lui parvenaient à nouveau et, avec un peu de patience, on pouvait les démêler les unes des autres comme les fils d'un écheveau. On pouvait penser tranquillement aux mots sans craindre qu'il en vienne de nouveaux avant la fin de la nuit. A cette époque, la nuit avait du mal à séparer les jours, et si jamais la respiration faisait un trou dans l'obscurité, telle l'haleine sur le givre d'une vitre, le matin vous sautait aux yeux avec plusieurs heures d'avance. (p. 7)

    - - - - - - - -

    Soudain, la vérité perdit tout intérêt et devint parfaitement secondaire. De longues phrases coulèrent dans son esprit en éveil. Demain, elle commencerait à écrire et à s'occuper de ses enfants. Et, pour cela, il était de la plus haute importance d'apprendre à faire le pain blanc. Et puis, les gens qui en auraient envie n'avaient qu'à continuer à s'occuper du monde.
    Gert éteignit la lampe et, avec un soupir de satisfaction, elle se blottit encore plus prés de lui.

    «Je me demande où est allée Gitte, demanda-t-elle d'une voix ensommeillée.

    - Dans un kibboutz, je crois, elle en parlait tout le temps.

    - Oui », dit Lise qui croyait ne l'avoir appris que par la grille des négociations. Pour autant qu'elle s'en souvînt, avant son hospitalisation, elle n'avait jamais entendu Gitte parler de cela. Mais qu'est-ce qui était réel, ici-bas, qu'est-ce qui ne l'était pas? N'était-ce pas une sorte de maladie que les gens puissent vaquer à leurs occupations en maintenant leur propre moi, tout ce chaos de voix, de visages et de souvenirs qu'ils n'osaient laisser échapper que goutte à goutte et qu'ils ne pouvaient jamais être sûrs de récupérer?

    « Demain, dit-elle, je commence à écrire. » Mais il était déjà endormi.
    (p. 201)

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-17
    Loading