• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Utes

    Tribu amérindienne de langue shoshone établie dans le Colorado et dans l’Utah, État auquel elle a donné son nom. «Lorsque le père espagnol Silvestre Vélez de Escalante traversa leur territoire en 1776 […], les Utes ne possédaient pas de chevaux. Ils vivaient en petits groupes familiaux qui se nourrissaient des produits de la cueillette. […] Après s’être procuré des chevaux, au début du dix-neuvième siècle, [ils] s’organisèrent en bandes de chasseurs. […] Lorsque cette région fut colonisée par les Européens, ces bandes se spécialisèrent dans le vol de bétail» (Encyclopaedia Universalis, Paris, 1980, vol. 20, p. 2158). Dans la culture traditionnelle, la violence envers les membres de la même collectivité était strictement interdite. Celui qui tuait un membre de la tribu était contraint de se suicider. Nous avons là un exemple d’un suicide institutionnalisé de la catégorie du châtiment selon la typologie* de Baechler*. Ce dernier cite un cas étonnant. «Un Ute en état d’ivresse ayant tué son père d’un coup de couteau à l’artère fémorale, un policier ute reçut l’ordre de l’arrêter. Il prévint que le parricide ne se laisserait pas arrêter, mais se défendrait de manière à être tué. En suite de quoi le policier, ayant tué un congénère, ne manquerait pas de se tuer à son tour. Les faits se déroulèrent exactement de cette manière» (Les suicides, p. 484-485). Selon Baechler*, ce n’est pas tant l’agression ancestrale retournée sur eux-mêmes qui serait la cause d’un taux plus ou moins élevé de suicide (les données statistiques* ne sont pas disponibles), mais bien plutôt la désintégration de la communauté à la suite de la conquête.

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-10
    Loading