• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Toller Ernst

    Toller, Ernst ephemanar.netNé à Samotschin en 1893 dans la province de Posen, à l'époque en Prusse, aujourd'hui en Pologne, Ernst Toller, dramaturge, est le fils d'un commerçant juif. Au déclenchement de la Première Guerre mondiale, il s'engage comme volontaire dans l'armée, combat treize mois sur le front de l'ouest, avant de subir un effondrement physique et moral. Réformé pour sa mauvaise santé, il devient un ardent antimilitariste et sa révolte remet radicalement en cause toutes les valeurs de la génération des pères: «La jeunesse allemande s'est engagée volontairement, sincèrement convaincue qu'elle devait défendre son pays et son peuple. La jeunesse allemande a été honteusement trompée, elle a été victime d'hommes sans foi ni loi, elle a été assassinée sur les champs de bataille.» Son premier drame, Die Wandlung, 1919 («Transformation» ou «Conersion») est directement inspiré de ces expériences de guerre.

    Spartakiste à la fin de 1918, il prend part à la révolution de Munich avec Kurt Eisner et Gustav Landaue, puis est membre du gouvernement révolutionnaire bavarois. Condamné à mort après l'écrasement des soviets de Bavière, il voit sa peine commuée en cinq ans de forteresse. C'est alors qu'il commence à écrire, sans jamais séparer sa création littéraire de son engagement de militant pacifiste.

    Toller a écrit la plupart de ses plus célèbres textes en prison, notamment les drames L'homme des masses (Masse Mensch), Les Briseurs de machine (Die Maschinenstürmer), Hinkemann, l'Allemand (Der deutsche Hinkemann) et nombre de poèmes. Il ne voit aucune de ses pièces avant son élargissement, en juillet 1925. Cette année-là, le plus célèbre de ses drames, Hoppla, nous sommes vivants! (Hoppla, wir Leben!), mis en scène par Erwin Piscator, est joué à Berlin. C'est l'histoire d'un révolutionnaire qui, après avoir passé huit ans dans un hôpital psychiatrique, découvre que ses anciens camarades sont devenus autosuffisants et se sont désespérément compromis avec le système auxquels ils étaient opposés. De désespoir, il se tue.

    Sa citoyenneté étant annulée par le gouvernement national-socialiste à la fin de 1933, Ernst Toller s'exile à Londres et participe comme co-metteur en scène à la production de sa pièce Feuer aus den Kesseln (Retire les tisons du feu) à Manchester en 1935. Il engage une série de conférences aux États-Unis et au Canada en 1936-1937, avant de s'installer en Californie, où il travaille à des scénarios qui ne sont pas produits. Toller s'installe en 1936 à New York, où il vit au milieu d'un groupe d'artistes et d'écrivains en exil comme Klaus* et Erika Mann, Stefan* et Friedrike Zweig. Enfoncé dans une profonde dépression pour des raisons conjugales et financières, il se pend dans sa chambre d'hôtel le 22 mai 1939.

    Au sujet de sa pièce de théâtre intitulée Hop là nous vivons !, nous lisons sous la plume de Corinne Denailles: «A travers le destin singulier et tragique du jeune Karl Thomas, dans lequel l’auteur s’est probablement projeté, Ernst Toller défend un socialisme tempéré et brosse le portrait d’une époque, mais en même temps il semble vouloir transcender le discours politique en l’élevant à une dimension métaphorique littéraire. Ecrite en 1927, cette pièce est visionnaire (Toller avait tout compris du nazisme naissant) et d’une impressionnante modernité dans sa structure. Il l’a conçu d’emblée en relation avec le cinéma, alors à ses débuts.»
    (Corinne Denailles, «Hop là nous vivons ! d’Ernst Toller. Que sont nos rêves devenus, Paris-Théâtre de la ville-Les Abbesses»:
    http://www.webthea.com/actualites/?Hop-la-nous-vivons-d-Ernst-Toller,1392

    En 1968, Toller, drame inspiré de la vie de l'écrivain, analyse les rapports entre littérature et politique et marque le début de l'œuvre politique de Tranked Dorst (1925-), auteur dramatique allemand né le 19 décembre 1925 et célèbre pour sa création en 1981 de Merlin ou la Terre dévastée (traduit en français aux éditions l'Arche).

    Oeuvres

    Ernst Toller, Pièces écrites au pénitencier et Pièces écrites en exil. traduits de l'allemand par H. et R. Radrizzani,
    Comp'act - 208 pages.

    À consulter:

    «Pièces écrites au pénitenciers», Article, paru dans Le matricule des anges, n° 044 Mai-juillet 2003, par Nycéphore Burladon : http://www.lmda.net/din/tit_lmda.php?Id=16406

    «Ernst Toller (1893-1939) élabore un théâtre où la révolution politique ne se conçoit pas sans la transformation intérieure des individus. Une dénonciation farouche de la guerre (N. Burladon)».

    « Ernst Toller »: < http://fr.wikipedia.org/wiki/Ernst_Toller>

    IMAGE

    Ernst Toller

    ephemanar.net

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-04