• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Survivre

    Le mot survivre ouvre deux configurations de sens, comme nous l'expose Raymond Lemieux*:

    La première configuration, «sans doute, la plus usuelle, désigne la possibilité d'accéder à une autre vie après la mort, une autre vie qui s'appréhende le plus souvent en miroir inversé de la vie normale. Le concept de vie éternelle traduit particulièrement bien cet espace-temps sans limite, sans manque, ni attente, où le désir devient pure béatitude et le bonheur définitif.»

    Ce sont les religions qui «prennent généralement en charge cet espace de l'Autre», poursuit Lemieux. Mais quand «on délaisse l'imaginaire religieux traditionnel, comme c'est le cas dans les sociétés sécularisées, d'autres discours prennent la relève pour remplir les mêmes fonctions, tout en utilisant des matériaux différents. La majorité de nos contemporains ne croient plus en Dieu, mais [...] reconnaissent volontiers un ordre cosmique capable de s'imposer au monde, articulant passé, présent et avenir dans un même destin.»

    La seconde configuration du mot survivre «signale plutôt l'exigence, faite à chacun de continuer de vivre, ici et maintenant, malgré l'expérience de la mort qui s'impose à sa vie. La distinction est mieux marquée par certains langues, comme l'allemand: überleben, vivre au-delà, fortleben, continuer à vivre. Dans le deuxième cas, il s'agit alors de vivre non pas au-delà des limites de l'existence, après la mort, mais dans l'expérience de ces limites, en assumant les ruptures et la précarité de la vie.»

    La distinction entre ces deux configurations paraît très ténue, aux yeux de Lemieux, car «inventer une survie après la mort, [...], à la manière du discours religieux, c'est aussi se donner la possibilité de continuer de vivre, ici-bas et maintenant» et «assumer la mort, cette figure archétype de toutes les limites de l'existence, continuer de vivre en lui faisant face.» Autrement dit, la croyance dans l'accès à une autre vie après la mort alimente notre goût de poursuivre notre vie ici et maintenant.

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-12

    Notes

    Source: «Postface. Raconter pour survivre» dans C. Kègle (dir,), Les récits de survivance. Modalités génériques et structures d'adaptation au réel, Québec, PUL, 2007, p.221-222.