• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Storni Alfonsina

    Alfonsina Storni, née le 29 mai 1892 à Sala Capriasca (Lugano) en Suisse et décédée le 25 octobre 1938, à la Playa de La Perla, Mar del Plata en Argentine, est l'une des poètes les plus éminents du postmodernisme en Amérique latine. Elle souffrit de solitude et d'ennui après le suicide de son ami, Horacio Quiroga*. Atteinte du cancer des seins, elle avance sur la plage vers la mer pour s'y perdre dans les vagues. Fille d'un industriel-brasseur, elle immigre avec ses parents en Argentine à l'âge de quatre ans. Très jeune, elle se joint à une groupe de théâtre et plus tard, elle enseigne dans des régions rurales auprès des enfants retardés. En 1912, enceinte et contrainte de chercher l'anonymat, elle poursuit son enseignement à Buenos Aires où elle travaille aussi avec un groupe de théâtre de jeunes.

    Déjà son premier livre La inquietud del rosal (1916, L'inquiétude du jardin des roses), mais surtout son deuxième El dulce daño (1918, La douce blessure) connaissent un franc succès. Même si la description des personnages masculins est ironique et critique, elle se sent attirée par l'amour hétérosexuel et réussit à exprimer la tension et la passion des rapports ambivalents entre homme et femme dans une poésie à la fois simple et sensuelle. Après la publication de Ocre (Ocre) en 1925, Alfonsina se consacre à l'écriture d'articles journalistiques et de comédies notamment El amo del mundo (1927, L'Âme du monde) et Dos farsas pirotécnicas (1932). Elle retourne à la poésie et publie El mundo de siete pozos (1934, Le monde des sept sources) et Mascarilla y trébol (1938). Sa poésie tardive révèle la douce noirceur de son désespoir. Sa poésie devient plus intellectuelle et manque la simplicité et la sensibilité de ses jeunes années. En 1961 parut Obra poetica completa (Oeuvres poétiques complètes). Une sélection de ses essais est publiée en 1998 sous le titre Nosotras y la piel

    Sa mort tragique inspira la chanson Alfonsina y el mar, de Ariel Ramírez et Félix Luna, qui est interprétée par de nombreux musiciens et chanteurs de langue espagnole dont notamment Mercedes Sosa, Nana Mouskouri, Miguel Bosé Maurane (chanteuse)et Nicole Rieu (chanteuse). Bernard Lavilliers reprend cette mélodie sous le titre « Possession » dans son album Causes perdues et musiques tropicales en 2010.

    Sources

    «Alfonsina Storni»
    http://www.britannica.com/EBchecked/topic/567660/Alfonsina-Storni

    Josephina Delgado, Alfonsina Storni. Una biografía esencial (2001 et 2010).

    Poème

    Penser que pourraient, ces fragiles barques
    S’engloutir sous les flots, sans un soupir
    Voir s’approcher, la gorge à l’air
    L’Homme, le plus beau, sans désir d’amour
    perdre la vue, distraitement
    la perdre sans jamais la retrouver
    Et, visage tendu entre ciel et plage
    me sentir dans l’oubli éternel de la mer

    Poème d'Alfonsina Storni ( 1892 - 1938 )

    IMAGE
    Resulta que en breve presentaré, en la Universidad Vasco de Quiroga, mi Tesis, la que habré de defender para obtener el Grado de Maestría en Psicoterapia Familiar La foto? Nada que ver, simplemente un monumento a una extraordinaria mujer : Alfonsina Storni

    http://confesionariodemaisa.blogspot.com/2010_11_01_archive.html

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-10
    Loading