• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Stekel Wilhelm

    Né le 18 mars 1868 à Bojjan, Bukovina (autrefois en Autriche, aujourd'hui en Roumanie), Wilhelm Stekel est le fils d'un Juif orthodoxe. Il commence ses études de médecine à Vienne en 1887 où il apprend à connaître Sigmund Freud* par l'intermédiaire de son collègue Max Kahane*. Il assiste aux conférences de Freud qu'il rencontre en 1902 pour une brève analyse. Puis, il se joint au groupe de discussion des mercredis soir où il rencontre, entre autres, Sabina Spielrein, Victor Tausk*, Otto Rank et Alfred Adler*. C’est avec ce dernier qu’il fonda, à la suite du congrès de Weimar, le Zentralblatt für Psychoanalyse («Bulletin central de psychanalyse»), dont tous deux partagèrent la direction. En désaccord avec Freud, il remit sa démission de la Société viennoise de psychanalyse dont il fut le vice-président.

    Durant la première guerre mondiale, il dirige la section de neuropsychiatrie à l'hôpital militaire de Simmering. En 1923, il s'oppose formellement à la psychanalyse «laïque», dirigée par des non-psychiatres. Il fonde une organisation d'analystes indépendants et développe le concept de «psychanalyse active». Il débute la publication de la revue Fortschritte des Sexualwissenschaft und Psychoanalyse (Le progrès de la sexologie et de la psychanalyse). En 1935, il ouvre une clinique privée d'analyse active à Vienne et une clinique spécialisée dans le traitement de patients souffrant de troubles pathologiques de jalousie. Dans ses écrits relatifs à la psychologie de l'homosexualité,* il prétend que les homosexuels sont fréquemment issus de familles* dominées par les femmes*, plus particulièrement la mère ou celle qui assume la fonction maternelle.

    Pour Stekel, le suicide est un acte d’hostilité dirigé contre quelqu’un d’autre. Selon lui, cela est vrai aussi bien chez les enfants que chez les adultes. «J’incline à penser, dit-il, que la loi du talion joue ici un rôle décisif. Personne ne se tue qui n’a jamais voulu tuer un autre, ou qui n’a pas au moins souhaité la mort d’un autre» (dans P. Friedman, On Suicide: Discussions of the Vienna Psychoanalytic Society, 1910, New York, International University Press, 1967, p. 87). Cette théorie, réduisant tout suicide à un acte d’agression envers autrui est aujourd’hui largement dépassée. La honte* et la culpabilité*, le désespoir et la sous-estimation de soi, le sentiment d’inutilité ou d’impuissance, selon le cas, sont aussi bien sinon davantage à l’origine de l’acte suicidaire, comme l’explique E. S. Shneidman dans Definition of Suicide (p. 132, 162 et 187).

    Lors de l'avènement au pouvoir du nazisme, Stekel prend l'avion via Zurich pour Londres où il se suicidera le 25 juin 1940.

    IMAGE
    Wilhelm Stekel

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-10
    Loading