• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Staël Nicolas de

    Nicolas de StaëlLe peintre Nicolas de Staël est né à Saint-Petersbourg en 1914 tandis que son père était vice-gouverneur, jusqu'en 1917, de la forteresse Pierre-et-Paul de la même capitale russe. La révolution de 1917 contraint sa famille à s'exiler dès 1919 en Pologne, où meurent ses parents. Orphelin, il est recueilli par un couple russe de Bruxelles, les Fricero, en 1922. À seize ans, il s'inscrit à l'Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles où il aura comme compagnon de classe Willy Anthoons (1911-1982), qui deviendra sculpteur non figuratif. Dans les années 1930, il découvre Matisse, Braque, Soutine et Cézanne. Il voyage en Espagne, en Italie, en Algérie et au Maroc où il rencontre sa future compagne, la peintre Jeannine Guillou. Il rejoint la Légion étrangère en 1939 et est démobilisé en 1941.

    Arrivé à Nice, de Staël peint, sous l'influence d'Alberto Magnelli, Jean Arp, Sonia et Robert Delaunay, ses premières toiles abstraites, appelées «Compositions». En 1943, il s'installe à Paris où il souffre de la faim et du froid. Jeannine tombera malade et mourra en 1946. Mais Nicolas continuera à peindre et en 1944, en pleine occupation allemande, il expose avec Kandinsky et Magnelli à la Galerie Jeanne Bucher. «Il se tourne de plus en plus vers l'abstraction, et ses oeuvres constituées d'un enchevêtrement de lignes et d'arabesques, révèlent une palette pétrie d'angoisse.» Entre 1950 et 1952, il se lance dans la composition de paysages, de natures mortes, sans doute sous l'influence de Braque, de Lapicque ou de Lanskoy. De ces tableaux émergent alors la couleur, la lumière, la vie, l'espace.

    L'orchestre, dernière oeuvre de Nicolas de Stael

    Nicolas de Staël, L'orchestre , 1955

    « Assailli en permanence par le doute, tiraillé entre l'illumination et le désespoir », il s'installe à Antibes en1954, dans un atelier ouvert sur la mer. En six mois, il réalise plus de 300 toiles: des natures mortes, des paysages, des scènes sur le port, un bateau, un vol de mouettes, une carafe sur une étagère. Solitaire et n'ayant plus la force d'achever ses tableaux parmi lesquels « Le Grand concert », il se jette du haut de la terrasse de son immeuble à Antibes le 16 mars 1955.

    En 1951, une grande amitié naît entre le poète René Char et Nicolas de Staël. Le 9 mars1965, René Char écrit un texte, pour le Nouvel Observateur intitulé « Témoignage », célébrant le dixième anniversaire de la mort de Staël. Char donne à son «Témoignage » le titre définitif de «Il nous a doté.

    La correspondance entre René Char et Nicolas de Staël de 1951 à 1954 a été publié en 2010 par les Éditions des Busclats avec un Avant-propos d'Anne de Staël et des notes établies par Marie-Claude Char.

    Le Monde des Arts,
    http://www.lemondedesarts.com/DossierDeStael.htm

    Le parcours et l'œuvre de Nicolas de Staël ressemblent quelque part aux péripéties de Vincent Van Gogh*. Comme Vincent, étranger accueilli en France où il s'inspire de maîtres contemporains rénovateurs de l'art pictural, il cherche dans le Midi de la lumière et de la couleur pour ses toiles. Seul et en lutte contre ses démons, il cherche fébrilement une issue à ses angoisses à travers une panoplie d'oeuvres, réalisée dans une brève période de sa vie.

    Sa dernière oeuvre : Le concert

    Le concert de Nicolas de Stael

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-11
    Loading