• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Simenon Marie-Jo

    Simenon Marie-JoÉcrivain et cinéaste, fille de Georges Simenon (1903-1989). Pour connaître la vie et la mort ainsi que la brève carrière et les textes de Marie-Jo, il convient de lire le livre que son père a dédié à sa fille et qui s’intitule Mémoires intimes, suivis du livre de Marie-Jo, Montréal, Presses de la Cité, 1981. Marie-Jo s’est tiré une balle dans la poitrine dans son appartement des Champs–Élysées à Paris, le 19 mai 1978. Le jour fatal, elle avait téléphoné à son père en lui disant à la fin de la conversation: «Je t’aime Dad… Dis-moi aussi que tu m’aimes… — Je t’aime infiniment, ma chérie… — Non. Je veux que tu me dises, sans plus: je t’aime… Dis-moi, je t’aime.» Et le père de prononcer tendrement «Je t’aime.»

    Elle a laissé une carte écrite le jour même de sa mort: «Pour mon Daddy, avec tout ce que cela aura peut-être de dur, de cruel, selon les circonstances. J’espère seulement qu’il comprendra que “tout” vient de moi, que je l’ai voulu et que peut-être, enfin, je cesse de me torturer moi-même. Je t’aime pour la dernière fois, sous le “tu sais”… et puis le “beaucoup” qui cache le: “…j’ai osé dire je t’aime!” (c’est ça?…) Take care of yourself, for me, for all what I was not able to be — (By my own fault). Ta petite? fille! Tu sais … (je rajoute un “tu sais”). La chose la plus extraordinaire aura été d’avoir un “Daddy” puis un “Dad”, d’avoir aimé “l’homme”, de loin comme une amante, d’avoir lu presque tout du “Simenon”, la gorge serrée, d’avoir enfin englobé “l’être humain” tout entier, du petit garçon à aujourd’hui, au fil des pages et de mes propres souvenirs… Un “Monsieur”, aussi, magnifique dans son costume de soie et qui m’enlève dans ses bras, porté par la musique… Une tendresse que jamais je n’aurai retrouvée. Marie-Jo?» (Mémoires, p. 608).

    Dans son journal intime, elle parle de sa honte et de sa peur, de sa haine et de sa force destructrice. Son euphorie et sa douleur ont été son amour excessif ou mal orienté, à l’égard de son père: «En plus de “mon Dieu”, que je priais souvent, tu étais mon Dieu concret, la force à laquelle je me raccrochais…» (p. 686); «Souvent j’ai mal, parce que je te déifie et que tu me deviens par là même inaccessible. Quand je te retrouverai à l’image de mon père, j’aurai enfin gagné. Je serai toute proche de toi dans la réalité meilleure que les rêves du passé…» (p. 687). Déification du père, accompagnée d’une dépréciation de sa propre image! Les deux sont-elles liées? Dans une lettre d’adieu, datée du 15 mai 1975, avant une tentative de suicide, elle écrit à «son grand vieux Dad»: «je ne sais plus lutter», «j’ai toujours été lâche», «je me sens si mal aimée», «j’ai peur d’avoir peur» (p. 684-685). Son sentiment d’impuissance et son angoisse démesurée l’ont conduite «à entreprendre le geste nécessaire» (p. 752).

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-18
    Loading