• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Sima de los Huesos

    Sima de los HuevosPlateau de la Castilla y León. «Si le chemin de fer n’avait pas éventré la colline, à la fin du XIXe siècle, peut-être n’aurions nous jamais eu accès à de tels trésors archéologiques ! En tout cas, pas aussi facilement». Nous sommes dans une tranchée, creusée au cœur de la Sierra de Atapuerca, qui culmine à 1085 mètres à peine, à une quinzaine de kilomètres à l’est de la ville de Burgos, au nord de l’Espagne (province autonome de Castilla y León). «Cette gigantesque entaille, tracée pour relier Burgos aux mines voisines de fer a en effet mis au jour des gisements préhistoriques» raconte, feutre vissé sur la tête, le Catalan Eudald Carbonell, l’un des co-directeurs des équipes de recherche.

    Ce site est aussi connu pour receler un puits aux morts, la Sima de los Huesos. Il y a 400.000 à 500.000 ans, les hommes qui peuplaient la région semblent avoir jeté intentionnellement leurs morts dans cette cavité. Est-ce pour qu’ils ne soient pas dévorés par les bêtes sauvages, lions, loups qui hantaient la colline? L’un après l’autre, des hommes, des femmes, des enfants ont été jetés dans cet aven de 13 mètres de profondeur, formant l’un des plus grands dépôts paléontologiques au monde.

    «Le plus émouvant est que l’on a retrouvé aux côtés ces restes, un magnifique biface rouge» raconte Eudald Carbonell. Il s’agit du seul outil taillé –n’ayant jamais servi- trouvé dans le puits, et les chercheurs pensent qu’il a été également jeté sciemment avec les morts. Est-ce la preuve d’un début de pensée symbolique ? Les corps appartiennent à l’espèce Homo heidelbergensis, réputée être l’ancêtre de l’espèce Homo neandertalensis. Une espèce capable, en tous cas, de solidarité :les chercheurs ont en effet retrouvé un crâne, le plus complet au monde pour cette espèce, qui montre que son propriétaire a survécu des années malgré une terrible infection dentaire. Preuve que d’autres lui mâchaient la viande crue, principale source de nourriture de ces chasseurs solidement charpentés et dont les hommes pouvaient atteindre 1,90 m.

    Un bouchon de sédiment occulte aujourd’hui l’aven préhistorique de la Sima de los huesos. «Les paléontologues ne l’ont découvert qu’en se transformant en spéléologues et en rampant 500m dans un tunnel» raconte Eudald Carbonnell, en ouvrant la grille de fer forgé qui donne accès à la grotte Cueva de mayor, sorte de portail d’accès à ce monde souterrain. «Cette sierra est une vraie fourmilière, conclut-il. Au bout de ce boyau, là, il y a un cimetière néolithique, que nous n’avons même pas le temps d’étudier. De l’autre côté de cette paroi, il y a une salle couverte de peintures rupestres". Et de se réjouir : «Nous avons des siècles de fouilles devant nous !».

    IMAGE

    iqjacobs.net

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-20
    Loading

    Notes

    Source: Rachel Mulot, «Du site d'Atapuerca»,
    Sciences-et-Avenir.com
    Texte édité le 20/01/09 par Cécile Dumas,
    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/sciences/20090120.OBS0531/sur_les_traces_des_premiers_europeens.html