• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Shelley Percy Bysshe

    Percy Bysshe Shelley Shelley Percy Byssheest un poète britannique, né près d’Horsham (Sussex) le 4 août 1792. Il est mort en mer au large de la Spezia, le 8 juillet 1822. L'identification, que le poète Shelley établit entre nous et la mort («Nous sommes la mort»), signifie que la mort est intimement liée à la vie dès notre naissance. D'où sa constante proximité: «La mort est ici, et la mort est là... partout». Son poème ci-dessous exprime la finitude de nos espoirs, de nos amours, de nos plaisirs et de notre vie tout entière.

    Death

    Death is here and death is there,
    Death is busy everywhere,
    All around, within, beneath,
    Above is death -- and we are death.
    II.
    Death has set his mark and seal
    On all we are and all we feel
    On all we know and all we fear,
    ...
    III.
    First our pleasures die--and then
    Our hopes, and then our fears--and when
    These are dead, the debt is due,
    Dust claims dust -- and we die too.
    IV.
    All things that we love and cherish,
    Like ourselves must fade and perish;
    Such is our rude mortal lot --
    Love itself would, did they not.
    1824.

    La mort
    La mort est ici, et la mort est là,
    La mort est affairée partout,
    Tout alentour, dedans, dessous,
    Là-haut est la mort, - et nous sommes la mort.
    II
    La mort a placé sa marque et son sceau
    Sur tout ce que nous sommes, sur tout ce que nous sentons,
    Sur tout ce que nous savons, sur tout ce que nous craignons,
    ...
    III
    D'abord nos plaisirs meurent, - et puis
    Nos espoirs, et puis nos craintes, - et quand
    Celles-ci sont mortes, la dette est due,
    Poussière réclame poussière, - et nous mourons aussi.
    IV
    Toutes choses que nous aimons et chérissons,
    Ainsi que nous faneront et périront,
    Tel est notre rude destin mortel,-
    L'amour même mourrait, sinon elles.

    **************
    Le cimetière est un lieu privilégié de la manifestation du funèbre où les catégories de la solitude et de la paix se révèlent en lien avec la nature et la succession des générations qui tour à tour disparaissent: «Ces tombes seules restent».

    La mort
    IIs meurent - les maris ne reviennent pas - Misère
    S'assied près d'une lame ouverte, et en fait l'appel,
    Adolescent aux cheveux chenus et à l'œil hagard -
    Ce sont les noms de parent, d'ami et d'amant,
    Qu'il appelle si faiblement - ils s'en tous allés!
    Cher infortuné, tous morts, ces noms vides, seuls,
    Cette scène si familière, ma peine -
    Ces tombes seules restent .

    II
    Misère, mon ami le plus doux - oh! ne pleure plus!
    Tu ne veux être consolé - Je ne m'étonne pas!
    Car je t'ai vu sur la porte de ta demeure
    Épier le calme coucher du soleil avec eux, et ce lieu
    Était tout aussi brillant et calme, mais transitoire,
    Et à présent tes espoirs s'en sont allés, tes cheveux sont chenus;
    Cette scène si familière, ma peine - Ces tombes seules restent.

    Source: P. B. Shelley, Odes, poèmes et fragments lyriques choisis. Traduction et introduction de André Fontainas, Paris, Librairie Garnier Frères, 1923.

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-02
    Loading