• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Seppuku ou Harakiri

    « Incision de l’abdomen » et « ventre coupé », voilà deux façons de nommer le même geste, double prononciation des mêmes idéogrammes, à la manière chinoise dans seppuku et à la japonaise dans harakiri. Dans la tradition japonaise, le ventre est le siège de la personnalité et la source des vertus nécessaires à l’action. Le ventre est le lieu où s’expriment les sentiments comme la colère, le courage, la franchise ou la générosité. Ce sont les Japonais qui s’en tiennent au terme seppuku, qui fait davantage référence à la dignité, tandis que les étrangers utilisent le terme harakiri (M. Pinguet, La mort volontaire au Japon, p. 346 et p. 367-368). André Malraux* confiait à l’écrivain japonais Tadao Takémoto: « Je me sens plus à l’aise avec le suicide de Mishima* qu’avec le tuyau à gaz [allusion au prétendu suicide de Kawabata]. Je le répète: je ne défends rien. Mais enfin, je me sens avec un revolver dans un domaine familier. Pourquoi? Peut-être parce qu’il marque un caractère de volonté dans la mort. Le revolver, aujourd’hui, c’est l’ancien poignard romain, qui n’est pas tellement loin de votre sabre («La mort au Japon», L’appel, no 2, décembre 1973, p. 87) ».

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-12
    Loading