• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Seberg Jean

    Jean SebergLe 8 septembre 1979, alors que Jean Seberg, née le 13 novembre 1938 à Marshalltown dans l'Iowa, avait disparu depuis huit jours, son corps fut retrouvé dans une Renault 5, stationnée dans le seizième arrondissement de Paris. Dans sa main, elle tenait un message pour son fils: «Diego, mon fils chéri, pardonne-moi. Je ne pouvais plus vivre. Comprends-moi. Je sais que tu le peux et tu sais que je t’aime. Sois fort. Ta maman qui t’aime.» Selon le rapport des experts, son décès résulterait d’une ingurgitation de barbituriques et d’alcool. Militante de la lutte des Noirs pour la liberté et l’égalité, cette actrice célèbre, épouse divorcée de Romain Gary*, serait devenue psychotique après avoir accouché d’une enfant mort-née.

    Le 10 septembre 1979, Romain Gary tint une conférence de presse, en présence de Diego où il affirma que la mort de Jean fut l’œuvre du FBI qui la traquait pour ses connivences avec les Panthères noires. «Preuves à l'appui, il accusa le FBI d'avoir délibérément cherché par ses calomnies à détruire Jean en 1970 et de l'avoir rendue folle avec la mort de ce bébé "dont elle avait tenu à ce qu'il fût enterré dans un cercueil de verre afin de bien prouver qu'il était blanc. C'est depuis cet événement qu'elle est allée de clinique psychiatrique en clinique psychiatrique, de tentative de suicide en tentative de suicide". Cette conférence fit à elle seule plus de bruit que la tragique disparition de la jeune Américaine d'À bout de souffle.» (Jean-Marie Catonné, Romain Gary. De Wilno à la Rue du Bac, biographie, Solin, Actes Sud, 2010)

    Gary et Diego, fils de Jean et de Gary, ont démenti toute influence de Clair de femme sur le suicide de Jean, qui a vu ce film la veille de son décès. Jean Seberg est la vedette de deux films dont Gary a été le metteur en scène: Les oiseaux vont mourir au Pérou (1967) et Kill (1971), qui traitait de la drogue. C’est dans Chien blanc que Jean apparut pour la première fois dans l’œuvre de Gary: «J’ai fait, sans le vouloir, dans ce livre où tout est authentique, une anatomie de la haine» (cité dans J.-Y. Rogale, Vous avez dit suicide?, Paris, Mengès, 1984, p. 55). Elle a incarné, entre autres, pour Otto Preminger, le personnage de Jeanne d’Arc dans Sainte Jeanne et celui de Cécile dans Bonjour tristesse d’après Françoise Sagan.

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-10