• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Schumann Robert

    Robert SchumannNé le 8 juin 1810 à Zwickau, Robet Schumann est compositeur de l’école romantique allemande. Il composa des pièces pour piano de caractère lyrique, des lieder (Les amours du poète, L’amour et la vie d’une femme), de la musique de chambre et les Scènes de Faust. L’adolescence de Schumann a été assombrie par le suicide de sa sœur et la mort de son père ainsi que par son amour impossible pour une femme mariée.

    « En 1830, alors que sa mère accepte qu'il devienne musicien, il revient à Leipzig, où il prend des leçons avec Friedrich Wieck (1785-1873), chez lequel il s'installe. Il semble se consacrer entièrement au piano, il ne compose plus et ne tient plus son journal intime. Mais, après peu de temps, il écrit à sa mère qu'il désire prendre des cours avec Hummel, Friedrich Wieck ne s'intéressant qu'à la carrière de sa fille Clara. Friedrich Wieck s'oppose farouchement à l'union de sa fille avec Schumann.,Robert et Clara ont recours à la justice. Ils obtiennent l'autorisation de mariage, qui se conclut le 12 septembre 1840, à Schönefeld, dans la banlieue de Leipzig.

    De novembre 1846 à février 1847, les Schuman sont en tournée : Vienne, Brno, Prague, Berlin. La mort de Félix Mendelssohn, le 4 novembre 1847, l'affecte particulièrement. Il assiste aux funérailles à Leipzig, et projette d'écrire un mémoire en son hommage ( Erinnerung, nº 28 de l'« Album pour la jeunesse » lui est dédié). En 1850, il obtient le poste de directeur de la musique à Düsseldorf, où il s'installe le 2 septembre, mais il doit démissionner de son poste à Düsseldorf en 1853. Le 27 février 1854, dans une crise de démence, il se jette le Rhin. Sauvé, il est interné, le 4 mars, à Endenich, près de Bonn, où il meurt le 29 juillet 1856, laissant Clara seule avec sept enfants » (extraits de « L'incarnation la plus parfaite du romantisme allemand » cité ci-dssous dans Liens)

    «Robert Schumann figure dans l'histoire moins comme un être bien intégré mais plutôt comme une série d'images fragmentaires: un homme assis dans un coin sifflant pour lui-même, un tueur de philistins, un mari dans l'ombre de sa femme, un compositeur irremplaçable pour la voix et le piano, un symphoniste manqué, une énigme, un fou. Cette fragmentation ne lui était pas inconnue: à quelques uns de ses personnages, il leur a donné des noms: l'impulsif Florestan, le rêveur Eusebius, le sage Raro. Il était chacun d'eux sans être aucun d'eux. Ses meilleures œuvres et les plus caractéristiques sont des collections de miniatures – chants, petites pièces de caractère: des fragments.»
    http://www.uquebec.ca/musique/catal/schumann/schrbio.html

    Une biographie de Clara Wieck donne des détails sur la personnalité, la carrière et les derniers jours du célèbre compositeur: Jackie Valabrèque, Clara Schumann. Concerto pour une légende, Monaco, Éditions Sauret, 1995.

    Liens

    Biographie et oeuvres:
    http://www.musicologie.org/Biographies/schumann_robert.html

    L'incarnation la plus parfaite du romantisme musical allemand
    SCHUMANN Robert :
    http://www.musiclassics.fr/compositeurs-musique-classique/schumann-robert.html

    Oeuvres principales de Robert Schumann ;
    http://www.ars-classical.com/schumann-oeuvres.html

     

     

     

     

     

     

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-12