• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Sagontins

    Sagonte, important centre historique de la péninsule ibérique, située aujourd'hui en Valence, Espagne, célèbre par sa résistance légendaire face à Hannibal* Dans le conflit qui éclate entre Carthage et Rome*, Sagonte prend le parti de la République romaine. L'armée carthaginoise, sous la direction d'Hannibal, en l'an 218 av. J.-C., détruit la ville entière après huit mois de siège et le suicide collectif*d'un nombre considérable de ses habitants. La chute de Sagonte est à l'origine de la deuxième guerre punique. Après la reprise de la ville en 212 par les Romains, Sagonte connaît un nouvel essor et se romanise. Elle s'appellera désormais Saguntum.

    Ci-dessous le récit de la destruction de Sagonte et de la mort volontaire des Sagontins par Tite-Live dans son Histoire romaine, livre XXI, traduction en français sous la direction de M. Nisard, Paris, Didot Frères,Fils et Cie, 1859. site de L'antiquité grecque et latine et du Moyen-Âge.
    http://bcs.fltr.ucl.ac.be/liv/XXI.html#14

    21,12. Tractations du Sagontin Alcon
    (1) Les opérations du siège n'étaient point ralenties. Maharbal, fils d'Himilcon, qui commandait pour Hannibal, déploya tant d'activité, que ni le soldat ni l'ennemi ne s'aperçut de l'absence du général. (2) Il remporta quelques avantages, fit tomber, avec trois béliers, un pan de muraille, et, au retour d'Hannibal, put lui montrer des ruines toutes récentes. (3) Celui-ci conduisit sur-le-champ son armée devant la citadelle. Après une lutte sanglante, funeste pour les deux armées, une partie de la citadelle fut emportée d'assaut. (4) Deux hommes, Alcon de Sagonte et l'Espagnol Alorcus, tentèrent ensuite quelques voies d'accommodement. Alcon, à l'insu de ses compatriotes, passa la nuit dans le camp d'Hannibal, se flattant de gagner quelque chose à force de prières: mais insensible à ses larmes, le vainqueur irrité imposait les plus dures conditions; dès lors, le négociateur, devenu transfuge, resta chez l'ennemi, protestant que la mort attendait celui qui porterait aux Sagontins une pareille capitulation. (5) Car on exigeait d'eux entière satisfaction à l'égard des Turdétans; ils livreraient tout leur argent, tout leur or; ils sortiraient de la ville, avec un seul vêtement; ils iraient s'établir dans les lieux qu'auraient prescrits le Carthaginois. (6) «Jamais, disait Alcon, Sagonte n'acceptera de semblables propositions. - Le courage cède, quand tout le reste est vaincu, dit Alorcus, je m'offre pour médiateur.» Soldat dans l'armée d'Hannibal, Alorcus avait eu avec les Sagontins des liaisons publiques d'amitié et d'hospitalité. (7) Il remit sans mystère ses armes aux sentinelles ennemies, franchit les retranchements, et se fit conduire devant le gouverneur de Sagonte. (8) Une multitude de citoyens de toutes classes s'était attroupée en un moment; on écarta la foule; le sénat donna audience à Alorcus qui prononça ce discours:


    21,13. Discours de l'Espagnol Alorcus
    (1) «Si Alcon, votre concitoyen, après être venu auprès d'Hannibal pour lui demander la paix, vous avait rapporté sa réponse, il m'eût été inutile de me rendre ici, comme envoyé d'Hannibal, et plus encore comme transfuge. (2) Mais, puisqu'il est resté chez l'ennemi, soit par sa faute, si ses craintes sont imaginaires, soit par la vôtre, si l'on ne peut sans péril vous dire la vérité, je suis venu, au nom de notre ancienne amitié, vous apprendre qu'il est encore pour vous quelques voies d'accommodement et de salut. (3) Votre intérêt seul, et non des considérations étrangères, me dicte ce langage. Vous le croirez, Sagontins; car, tant que vous avez résisté avec vos propres forces, ou que vous avez compté sur le secours de Rome, jamais je ne vous ai parlé de capitulation. (4) Mais aujourd'hui plus d'espoir du côté des Romains; vos armes, vos remparts même ne vous protègent plus; aussi je vous apporte une paix plus nécessaire qu'avantageuse. (5) Cet espoir, vous pouvez le réaliser, si vous acceptez en vaincus les conditions du vainqueur; si vous ne considérez point comme une perte ce que vous n'avez plus, puisque tout est au pouvoir de l'ennemi; si vous ne voyez qu'une faveur dans ce qu'il veut vous laisser. (6) Votre ville, déjà détruite en grande partie, presque tout entière en sa puissance, cessera de vous appartenir; il vous abandonne le territoire, et fixera la place où doit s'élever la nouvelle Sagonte. Tout l'or, tout l'argent de l'État, des particuliers, lui sera remis; (7) vos femmes, vos enfants, vous-mêmes aurez la vie sauve, si vous vous résignez à sortir de la ville, sans armes et avec deux vêtements. (8) Tel est l'arrêt du vainqueur, arrêt funeste et terrible, mais que la fortune vous fait une loi d'accepter; et je ne désespère pas, lorsqu'il sera maître de tout, de le trouver moins rigoureux sur quelque point. (9) Mais mieux vaudrait encore subir ce traitement, que de vous laisser massacrer, que de voir traîner, enlever devant vous vos femmes et vos enfants, victimes du droit de la guerre*.»


    21,14. La fin de Sagonte (mars 218)
    (1) Pendant qu'Alorcus parlait, la foule avait pénétré insensiblement, et le peuple s'était mêlé avec le sénat. Tout à coup les principaux sénateurs quittent l'assemblée avant qu'on ait rendu réponse, réunissent dans le forum tout l'or, tout l'argent des édifices publics, des maisons particulières, le jettent dans un bûcher allumé à la hâte, et la plupart se précipitent eux-mêmes dans les flammes. (2) Ce spectacle avait répandu la consternation et l'effroi dans toute la ville, lorsqu'un nouveau tumulte se fait entendre du côté de la citadelle. Une tour, battue depuis longtemps, venait de s'écrouler; une cohorte de Carthaginois s'élance à travers les décombres, et avertit Hannibal que la ville n'a plus ni postes, ni sentinelles. (3) Pensant qu'une telle occasion ne permet point de retard, il fait à la hâte avancer toutes ses forces, et, en un instant, la place est emportée. L'ordre est donné de passer au fil de l'épée tous ceux qui sont en état de porter les armes, mesure cruelle, mais que l'événement justifia; (4) car quel est le moyen d'épargner ceux qui, renfermés dans leurs demeures avec leurs enfants et leurs femmes, y mirent le feu pour trouver eux-mêmes la mort, ou ceux qui, les armes à la main, ne cessèrent de combattre qu'en expirant?

    IMAGE

    Théâtre romain de Sagonte
    Le réseau francophone de la Correspondance unitarienne

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-10
    Loading