• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Rites funéraires au Burkina Faso

    «Burkina» signifie «patrie des hommes intègres», et «faso» en dioula signifie «terre de nos ancêtres».

    Les funérailles sont sans doute l'un des moments les plus importants dans la vie du village. La mort n'est pas la disparition d'une personne mais seulement le passage de son esprit, appelé aussi son «double», dans un autre monde. Afin que le voyage dans l'au-delà de la personne décédée s'effectue dans de bonnes conditions, celle-ci doit être accompagnée des meilleurs soins. Le défunt, dont l'âme ne meurt pas, continue à communiquer avec les membres de sa famille. Il exprime ses humeurs et ses opinions par des manifestations ésotériques. Certaines décisions requièrent l'avis des Ancêtres avant d'être prises, c'est le féticheur qui, par des rituels et des sacrifices*, les interroge et transmet les réponses au monde des vivants. Le défunt communique également avec les vivants en apparaissant dans leurs rêves.

    Lorsqu'une personne meurt à l'âge de la vieillesse, les funérailles se déroulent en deux temps. D'abord les petites funérailles, qui sont la période de l'entre-temps et du deuil*; tout est mis en oeuvre pour que l'âme du défunt puisse faire un bon voyage jusque dans le monde des Ancêtres. Si le transfert ne se passait pas bien, son âme errerait dans le village et nuirait aux habitants. Aussi, on enterre le corps avec tout le matériel nécessaire au voyage. Selon les ethnies, on place dans ou sur la tombe des ustensiles de cuisine pour qu'il puisse manger, des armes pour se défendre, des couris pour payer ce dont il aurait besoin, ses sandales et ses vêtements, etc. Durant les trois ou quatre jours qui suivirent le décès d'un vieillard, on sert des repas ou des dolo (boisson fermentée ou alcoolisée) aux visiteurs qui viennent saluer la famille, les griots chantent sans cesse les louanges du défunt et de ses proches. Le soir chez les Mossi, les masques de cuir portés par les seuls initiés sortent et invoquent les Ancêtres pour qu'ils accueillent celui qui va les rejoindre. Puis la famille peut reprendre la vie quotidienne dans la maison du défunt en attendant les grandes funérailles.

    Celles-ci se déroulent quelques mois ou années plus tard selon le temps nécessaire à la famille pour trouver les moyens d'organiser une cérémonie à la hauteur de l'estime qu'elle avait pour le défunt. Les grandes funérailles ont lieu en mars ou en avril, avant que les travaux des champs ne reprennent. Elles se déroulent en plusieurs jours, voire une semaine ou dix jours. La participation de tous les villageois est requise. Les femmes préparent le dolo en quantité, on tue des boeufs et des chèvres, selon les moyens de la famille; plusieurs groupes de musiciens sont sollicités pour animer la fête.

    IMAGE
    La grande mosquée de Bobo-Dioulasso, construite entièrement en bois et boue séchée (Photographe : Anthony Ham 2008 Lonely Planet Publications.)

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-10

    Notes

    Source: Sylvia Janin, Burkina Faso Pays des hommes intègres, Guides Olézana, 2008, p. 165-166.