• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Requiem pour Yves Saint Laurent

    Laurence Benaïm, Requiem pour Yves Saint Laurent, Paris, Bernard Grasset, 2010, 207 pages.

    Incipit

    «Sa carapace ne le protège plus», m'avait assuré un intime en février 2008. La mort se glisse sous les draps des vivants avant de les frapper. Elle épuise, elle ronge, elle se colle comme une amante insatisfaite. Elle sème. Elle casse. Elle rend fou. S'en va. Sonne. Revient. Elle se fait passer pour l'autre. (p. 9)

    Extraits

    «Je ne savais pas qu'il y avait urgence», me dit un jour l'un de ses proches. Dans sa chambre transformée en salle d'hôpital, les feuilles de papier Canson A3 et les crayons gisaient sur son bureau. Huit infirmiers se succédaient à son chevet, dont deux en permanence.

    Yves Saint Laurent le titan avait choisi d'effacer son nom de l'affiche, entre deux époques, entre deux rives, l'une artificiellement dorée, l'autre, vaincue par les faillites, le doute, la peur du lendemain. La question planait depuis des décennies. La réponse tomba cette nuit-là, un dimanche soir, un appel téléphonique, une voix lointaine et familière, presque soulagée de révéler la sanction finale, la délivrance, après tous ses mois de secret, d'attente. En mai 2008, lors de la mort de Pascal Sevran, l'inventeur de «la chance aux chansons», LCI avait par erreur lancé le nécro d'Yves Saint Laurent.

    Nous étions le 1 ier juin 2008. «Monsieur Saint Laurent est mort.»

    Je me souviens d'une enveloppe blanche calligraphiée à l'encre noire, de ce carton gravé: «Laissez-passer pour assister aux obsèques de Monsieur Yves Saint Laurent, église Saint-Roch, 296, rue Saint-Honoré, Paris Iier, le jeudi 5 juin à 15 h 30.» (p.84-85)

    [...]

    Mademoiselle Deneuve lut ce poème de Walt Whitman: «Sur le visage des hommes et des femmes, je vois Dieu. Si tu veux me revoir, cherche-moi sous tes pas...» Paris ce jour-là semblait rempli de tout ce qui faisait sa gloire et sa défaite, certains s'embrassant du regard, d'autres s'évitant. Pierre Bergé prit la parole. Ce n'était plus l'homme à la voix bourrue, le père fouettard de la faute couture, aussi aimant et fidèle envers ses proches que redouté par le deuxième et le troisième cercle, toujours au bord de la grâce et de la disgrâce. La voix s'éleva, comme ensablée, anéantie, juste soutenue par ces mots qu'elle traçait d'une canne sonore: «Ce jour-là, tu as rencontré la gloire, et depuis, elle est toi. C'est la dernière fois que je te parle. C'est à toi que je m'adrese. À toi qui ne m'entends pas. Ne me réponds pas. (...] Tu as quitté à jamais ce métier que tu avais tant servi. Tant aimé. Tu ne t'es jamais consolé...» (p. 91-92)

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-18
    Loading