• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Requiem de Mozart


    Juillet 1791, Mozart a 35 ans et il lui reste exactement cinq mois à vivre. Il compose de front l'Ave Verum, K.618, La Flûte enchantée, K.620, La Clemenza di Tito, K.621 et ce Requiem commandé par le comte Franz von Walsegg, excellent chambriste, qui adorait mystifier ses partenaires en leur faisant croire que les œuvres de leur répertoire pouvaient être de lui. Walsegg venait de perdre son épouse et eut l'idée de commémorer le premier anniversaire de sa mort par l'exécution d'un requiem dont il dirigerait lui-même la partition qui porterait son nom négligemment écrit sur la couverture. La plaisanterie prit, dans la circonstance, une tournure tragique, puisque le compositeur mourrait avant d'avoir achevé l'œuvre. Sur le manuscrit de Mozart, seul l'Introït était entièrement composé et orchestré. Par conte, il avait écrit les parties vocales du Dies irae, du Tuba mirum, du Rex tremendae, du Recordare, du Confutatis, des trois premiers vers du Lacrymosa, du Domine Jesu et de l' Hostias; il avait indiqué en abrégé les principales interventions instrumentales et chiffré les basses harmoniques.
    En se basant fidèlement sur ces indications, Süsmayr réalisa l'orchestration et les raccords mélodiques de toutes ces parties, puis composa le Sanctus, le Benedictus et l'Agnus Dei. On peut lui rendre hommage d'avoir su modestement se glisser dans le prolongement stylistique de Mozart. En effet, l'œuvre entière baigne dans une atmosphère authentiquement mozartienne: un choix judicieux de moyens pour représenter les sentiments humains, infinis, contradictoires et complexes. Désarroi et délivrance, frayeur et confiance, colère et supplication s'empilent, s'entremêlent et s'harmonisent. Dans le Requiem comme dans ses autres chefs-d'œuvre lyriques ou instrumentaux, Mozart va, une fois de plus, démontrer le pouvoir dramatique de la musique. L'unique différence entre cette œuvre et les autres vient du sujet : elle ne met pas en scène la séduction, l'infidélité ou l'amour, mais la mort.

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-12