• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Requiem allemand de Brahms

    Robert Schumann meurt en 1856. Sa veuve Clara ne semble pas vouloir s'engager dans un mariage avec le jeune Brahms que celui-ci, grand ami et protégé de Robert, lui propose. De ce fait, Brahms est contraint de renoncer aux sept enfants du couple dont il avait partagé la maison à Düsseldorf, durant la maladie de Robert. En 1863, le compositeur espérait être nommé à la direction de la Société Philharmonique de Hambourg, sa ville natale, mais il n’obtint pas le poste. La mère de Brahms meurt en février 1865. Plusieurs relations amoureuses avec des jeunes filles sont vouées à l'échec. Toutes ces déceptions et ces deuils intimes vécus durant cette période ont affecté son moral. Il vient de s'installer à Vienne et trouve le moment propice à reprendre son projet d'un Requiem dont il avait déjà écrit quelques mouvements. Ce ne sera pas un Requiem liturgique, composé à partir des chants en latin de la messe des défunts, mais un Requiem composé à partir des saintes Écritures, notamment de la traduction en allemand de la Bible.

    Les six mouvements alors existants furent joués à la cathédrale de Brême pour le Vendredi Saint 1868 avec Brahms en chef d’orchestre et Julius Stockhausen en soliste baryton.Le septième fut créé à Leipzig le 18 février 1869 par Carl Reinecke et l'orchestre du Gewandhaus de Leipzig. Voici donc le livret original des sept mouvements du Requiem allemand, accompagné d'une traduction en anglais et en français avec renvoi aux textes bibliques.

    Ein deutsches requiem
    par Johannes Brahms (7 mai1833 - 3 Avril 1897)

    I

    Selig sind, die da Leid tragen;
    denn sie sollen getröstet werden.
    Die mit Tränen säen, werden mit Freuden ernten.
    Sie gehen hin und weinen und tragen edlen
    Samen und kommen mit Freuden
    und bringen ihre Garben.

    II
    Denn alles Fleisch es ist wie
    Gras und alle Herrlichkeit des
    Menschen wie des Grases Blumen.
    Das Gras ist verdorret und die Blume abgefallen.
    So seid nun geduldig, lieben Brüder, bis auf die
    Zukunft des Herrn.
    Siehe, ein Ackermann wartet auf die köstliche
    Frucht der Erde und ist geduldig darüber,
    bis er empfahe den Morgenregen und Abendregen.
    Aber des Herrn Wort bleibet in Ewigkeit.
    Die Erlöseten des Herrn werden wiederkommen,
    und gen Zion kommen mit Jauchzen;
    Freude, ewige Freude wird über ihrem Haupte sein;
    Freude und Wonne werden sie ergreifen und
    Schmerz und Seufzen wird weg müssen.

    III
    Herr, lehre doch mich, daß ein
    Ende mit mir haben muß, und mein
    Leben ein Ziel hat und ich davon muß.
    Siehe, meine Tage sind einer
    Hand breit vor dir, und mein
    Leben ist wie nichts vor dir.
    Ach, wie gar nichts sind alle
    Menschen, die doch so sicher leben.
    Sie gehen daher wie ein
    Schemen, und machen ihnen viel vergebliche
    Unruhe; sie sammeln und wissen nicht wer es kriegen wird.
    Nun, Herr, wes soll ich mich trösten? Ich hoffe auf dich.

    Der Gerechten Seelen sind in Gottes
    Hand und keine Qual rühret sie an.

    IV
    Wie lieblich sind deine Wohnungen,
    Herr Zebaoth!
    Meine Seele verlanget und sehnet sich nach den
    Vorhöfen des Herrn; mein Leib und Seele
    freuen sich in dem lebendigen Gott.
    Wohl denen, die in deinem Hause wohnen,
    die loben dich immerdar.

    V
    Ihr habt nun Traurigkeit;
    aber ich will euch wiedersehen,
    und euer Herz soll sich freuen,
    und eure Freude soll niemand von euch nehmen.
    Sehet mich an; ich habe eine kleine Zeit
    Mühe und Arbeit gehabt, und habe großen Trost gefunden.
    Ich will euch trösten, wie einen seine Mutter tröstet.

    VI
    Denn wir haben hie keine bleibende Statt,
    sondern die zukünftige suchen wir.
    Siehe, ich sage euch ein Geheimnis:
    Wir werden nicht alle entschlafen,
    wir werden aber alle verwandelt werden;
    und dasselbige plötzlich, in einem Augenblick,
    zu der Zeit der letzten Posaune.
    Denn es wird die Posaune schallen,
    und die Toten werden auferstehen unverweslich,
    und wir werden verwandelt werden.
    Dann wird erfüllet werden das Wort,
    das geschrieben steht:
    Der Tod ist verschlungen in den Sieg.
    Tod, wo ist dein Stachel? Hölle, wo ist dein Sieg?

    Herr, du bist würdig zu nehmen
    Preis und Ehre und Kraft;
    denn du hast alle Dinge erschaffen
    und durch deinen Willen
    haben sie das Wesen und sind geschaffen.

    VII
    Selig sind die Toten, die in dem
    Herrn sterben, von nun an.
    Ja der Geist spricht, daß sie ruhen von ihrer Arbeit;
    denn ihre Werke folgen ihnen nach.

    Traductions
    I
    Blessed are they that mourn:
    for they shall be comforted. (Matthew 5:4)
    They that sow in tears shall reap in joy.
    He that goeth forth and weepeth,
    bearing precious seed, shall doubtless
    come again with rejoicing,
    bringing his sheaves with him. (Psalms 126:5-6)

    II
    For all flesh is as grass,
    and all the glory of man as the flower of grass.
    The grass withereth,
    and the flower thereof falleth away. (I Peter 1:24)
    Be patient therefore, brethren, unto the coming of the Lord.
    Behold, the husbandman waiteth for the precious fruit of the earth,
    and hath long patience for it,
    until he receive the early and latter rain. (James 5:7)
    But the word of the Lord endureth for ever. (I Peter 1:25)
    And the ransomed of the Lord shall return,
    and come to Zion with songs and everlasting joy
    upon their heads: they shall obtain joy and gladness,
    and sorrow and sighing shall flee away. (Isaiah 35:10)

    III
    Lord, make me to know mine end,
    and the measure of my days, what it is;
    that I may know how frail I am.
    Behold, thou hast made my days as an handbreath;
    and mine age is as nothing before thee:
    verily every man at his best state is altogether vanity.
    Surely every man walketh in a vain shew:
    surely they are disquieted in vain: he heapeth up riches,
    and knoweth not who shall gather them.
    And now, Lord, what wait I for? My hope is in thee. (Psalms 39:5-8)
    But the souls of the righteous are in the hand of God,
    and there shall no torment touch them. (Wisdom 3:1)

    IV
    How amiable are thy tabernacles, O Lord of Hosts!
    My soul longeth, yea, even fainteth for the courts of the Lord:
    my heart and my flesh crieth out for the living God.
    Blessed are they that dwell in thy house:
    they will be still praising Thee. (Psalms 84:2-3, 5)

    V
    And ye now therefore have sorrow:
    but I will see you again, and your heart shall rejoice,
    and your joy no man taketh from you. (John 16:22)
    Behold with your eyes, how that I laboured but a little,
    and found for myself much rest. (Ecclesiasticus 51:35)
    As one whom his mother comforteth,
    so will I comfort you. (Isaiah 66:13)

    VI
    For here we have no continuing city,
    but we seek one to come. (Hebrews 13:14)
    Behold, I shew you a mystery;
    We shall not all sleep, but we shall all be changed,
    In a moment, in the twinkling of an eye, at the last trump:
    for the trumpet shall sound,
    and the dead shall be raised incorruptible,
    and we shall be changed.

    Then shall be brought to pass the saying that is written,
    Death is swallowed up in victory.
    O death, where is thy sting?
    O grave, where is thy victory? (I Corinthians 15:51-55)
    Thou are worthy,
    O Lord, to receive glory and honour and power:
    for thou has created all things, and for thy pleasure
    they are and were created. (Revelation 4:11)

    VII
    Blessed are the dead which die in the Lord from henceforth:
    Yea, saith the Spirit, that they may rest from their labours;
    and their works do follow them. (Revelation 14:13)


    I
    Bienheureux ceux qui souffrent car
    ils seront consolés (Matthieu, V, 4)
    Ceux qui sèment dans les larmes
    moissonneront dans la joie. Ils s'en
    vont en pleurant et emportent la noble
    semence. Ils s'en retournent dans la joie
    et rapportent les gerbes de leur moisson.
    (Psaume CXXVI, 5, 6)

    II
    Car toute chair est comme l'herbe,
    et toute la gloire de l'homme est
    comme la fleur de l'herbe, L'herbe
    sèche et la fleur tombe.
    (I Pierre I, 24)
    Prenez donc patience, mes chers
    frères, jusqu'à l'avènement du
    Seigneur. Voyez, un laboureur attend
    le précieux fruit de la terre et prend
    patience jusqu'à ce qu'il reçoive la
    pluie du matin et la pluie du soir.
    (Jacques, V, 7)
    Mais la parole du Seigneur demeure
    éternellement. (I Pierre 1 25)
    Ceux que l'Éternel aura rachetés
    reviendront à Sion
    avec des chants de triomphe.
    Une joie éternelle sera sur
    leur tête : joie et allégresse
    s'empareront d'eux; douleur et
    gémissements devront s'enfuir.
    (Isaie XXXV,10)

    III.
    Seigneur, fais-moi savoir
    que mon existence doit avoir une fin,
    que ma vie a un terme
    et que je dois partir d'ici-bas.
    Vois, mes jours sont de la largeur
    d'une main face à toi, et ma vie est
    devant toi comme un rien.
    Ah, tous les hommes, pourtant si sûrs
    d'eux, ne sont que néant.
    Ils marchent comme des
    ombres et s'agitent en vain ;
    ils amassent des biens
    et ne savent pas qui les recueillera.
    Seigneur, que dois-je attendre ?
    Mon espérance est en toi.
    (Psaume XXXIX 5, 6, 7, 8)
    Les âmes justes sont dans
    la main de Dieu, et nul tourment
    ne les atteint
    (Livre de la Sagesse III, 1)

    IV.
    Que tes demeures sont aimables,
    Seigneur des armées!
    Mon âme soupire et languit
    après les parvis du
    Seigneur; mon corps et mon âme
    se réjouissent dans le Dieu vivant.
    Heureux ceux qui habitent dans ta
    maison! Ils te louent sans cesse.
    (Psaume LXXXIV, 2, 3, 5)

    V
    Vous êtes maintenant dans la tristesse,
    mais je vous reverrai et
    votre coeur se réjouira, et
    personne ne vous ravira votre joie.
    (Jean XVI, 22)
    Voyez : pendant peu de temps
    la peine et le travail ont été mon lot,
    et j'ai trouvé une grande consolation
    (Ecclésiastique LI, 35)
    Je vous consolerai comme une
    mère console son enfant
    (Isaie LXVI, 13)

    VI
    Car ici-bas nous n'avons pas de
    cité permanente, mais nous cherchons
    celle qui est à venir.
    (Hébreux, XIII, 14)
    Voyez, je vous dis un mystère :
    nous ne mourrons pas tous,
    mais nous serons tous changés,
    en un moment,
    en un clin d'oeil,
    au son de la dernière trompette.
    Car la trompette sonnera et
    les morts ressusciteront incorruptibles
    et nous serons changés.
    Alors cette parole de l'Écriture sera
    accomplie : « La mort est engloutie
    dans la victoire ».
    0 mort! Où est ton aiguillon?
    0 enfer! Où est ta victoire?
    (I Corinthiens XV, 51 à 55)
    Seigneur, tu es digne de recevoir la
    gloire, l'honneur et la puissance car tu
    as créé toutes choses, et c'est par
    qu'elles ont été créées.
    (Apocalypse, IV, II)

    VII
    Heureux dès à présent les morts
    qui meurent dans le Seigneur!
    Oui, dit l'Esprit, ils se reposent
    de leurs travaux car leurs oeuvres
    les suivent.
    (Apocalypse, XIV, 13)

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-10
    Loading