• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Quand passent les cigognes

    Film soviétique de Mikhaïl Kalatozov réalisé en 1957.

    Avec Alekseï Batalov (Boris), Antonina Bogdanova (la grand-mère), Vassili Merkouriev (Dr Fiodor Ivanovitch), Tatiana Samolova (Veronika)

    Scénario : Viktor Rozov
    Images : Sergueï Ouroussevski
    Décors : Evgueni Svidetelev
    Musique : Vadim Korostyliov
    Ingénieur du son : Igor Maiorov

    Prix et récompenses :
    Au Festival de Cannes, 1958, palme d'or du meilleur film «pour son humanisme, pour son unité et sa haute qualité artistique», Prix de la Commission Supérieure Technique au chef-opérateur Sergueï Ouroussevski et Mention spéciale d'interprétation à Tatiana Samoïlova.
    Prix spécial de l’Union Soviétique, 1958.
    Prix Selznik du meilleur film étranger aux USA, 1958.

    Synopsis
    Moscou 1941. Deux jeunes Moscovites, Veronika et Boris, se destinent l'un a l'autre. Ils « se sont réciproquement tourné la tête», comme l’observe avec tendresse le père de Véronika. La guerre éclate. Boris, se porte volontaire et part pour le front. Lorsque les parents de Veronika meurent dans leur appartement lors d’une attaque aérienne, la jeune fille est recueillie par les parents de Boris qui la considèrent comme leur fille. Sans nouvelles de son fiancé, Véronika finit par épouser Mark, le cousin de Boris, qui lui aussi vit chez les parents de ce dernier. Elle suit avec son mari les parents de Boris, médecins dans un hôpital militaire en Sibérie. Lorsqu’elle apprend que Mark a intrigué pour se faire dispenser de l'armée, elle le quitte et accueille chez elle un petit garçon abandonné qui s'appelle, lui aussi, Boris. Quand, revenu du front, Stepan, compagnon d'armes de Boris, apprend à Veronika la mort de son bien-aimé, Veronika est inconsolable. Elle convertit, cependant, son désespoir personnel en geste altruiste: aux parents et amis venus célébrer le retour de leurs soldats, héros de guerre, elle distribue les fleurs du bouquet qu'elle a apporté pour saluer Boris.

    Inoubliables, la scène de l’escalier, que Boris et Veronika montent et descendent pour dire leur amour, ou encore celle de la mort de Boris représentée par l’interminable vertige dans la forêt de bouleaux où il est tué d’une balle en plein front, alors qu'il voit en rêve la fête de son mariage avec Veronika. Dans le rôle de Veronika, Tatiana Samoïlova exprime la complexité des sentiments d'une femme vouée à un destin tragique: un amour sans faille pour Boris qu'elle trahit par son mariage avec Mark.

    Kalatozov réussit à ne pas tomber dans les travers du film de propagande soviétique et montre l'atrocité de toute guerre.

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-16
    Loading