• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Pythagore

    PythagorePhilosophe et mathématicien, thaumaturge et réformateur religieux grec du sixième siècle avant notre ère, né à Samos Influencé par le judaïsme, il aurait été un disciple d’Ézéchiel et maître de Platon*, il est à l’origine de la philosophie morale. Pythagore avance deux arguments contre le suicide. Le premier est d’ordre religieux. L’âme humaine est un vivant immortel enfermé dans le corps comme dans une prison mortelle. Souillée par cette chute, elle est contrainte de se purifier afin d’échapper définitivement au corps et regagner la patrie céleste. La métaphore de la vie est le poste militaire que le soldat ne peut abandonner sans l’ordre du chef. Le suicide est donc une désertion à l’égard de Dieu et de la patrie, un acte de désobéissance à l’égard de l’autorité divine et un manque flagrant par rapport au devoir civique. Le second argument est d’ordre arithmétique. L’association de l’âme avec le corps est établie selon des rapports variables de nombres. La mort est donc naturelle lorsque les quantités numériques assignées à l’existence du corps sont épuisées. Mais si l’âme est expulsée de force de son domicile avant l’épuisement de ces quantités numériques, elle perd la pureté de son origine et la mort volontaire est donc injustifiable.

    « On ne sait rien de certain sur le lieu et le temps de la mort de Pyhagore. Les uns disent qu'il mourut à Métaponte, vers l'an 497 avant J.-C. » (F.-X. de Feller, Biogrpahie universelle, p. 173).Malgré sa condamnation du suicide, Pythagore aurait lui-même mis fin à ses jours. En effet, Héraclite raconte que, par dégoût de la vie, il se serait laissé volontairement mourir de faim. Ce fait semble être confirmé par Dicéarque, qui confirme que le maître des nombres serait mort après avoir jeûné pendant quarante jours. D’autres récits rapportent que Pythagore fut tué par les habitants de Crotone en Italie où il avait établi sa résidence, ou par des habitants de Syracuse, port de Sicile. D'autres encore « disent qu'arrêté dans un champs de fèves, il aimait mieux se laisser tuer que de gâter ces plantes » pour lesqelles ils manifestait une grande vénération (ibid., p. 173. Il importe de noter que le suicide n’est pas toujours condamné par l’école de Pythagore, car des disciples se sont donné la mort, parmi lesquels on peut compter Empédocle*, qui chercha à s’illustrer en se jetant dans le cratère de l’Etna. Les pythagoriciens semblent pencher vers la théorie et la pratique de la mort opportune selon laquelle on ne décède ni trop tôt ni trop tard. Ils préconisent donc une mort appropriée au destin et au cheminement physique et spirituel d’une personne.

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-12
    Loading