• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Prévert Jacques

    Prévert JacquesJacques Prévert (1900-1977), poète français non-conformiste, n'appartient à aucune école littéraire. Il s'inspire de la réalité quotidienne pour manifester, dans une poésie pleine d'ironie et de violence, sa révolte contre toute oppression sociale, la guerre et la torture, la douleur et la mort elles-mêmes. Dans le poème ci-dessous, le sang omniprésent sur la terre est intimement lié à la vie et à la mort des hommes, à la naissance et à l'amour, au maintien de la vie et à l'alimentation, à la vitalité d'un peuple et à ses actes meurtriers. La vie ne va pas sans la mort. «Où s'en va-t-il tout ce sang répandu?», se demande le poète. Le sang et son éternel retour, comme la terre qui tourne avec ses saisons qui viennent et reviennent, avec ses peines et ses joies, ses fêtes de réjouissance et ses deuils.

    Chanson dans le sang
    Il y a de grandes flaques de sang sur le monde
    où s'en va-t-il tout ce sang répandu
    est-ce la terre qui le boit et qui se saoule
    [...]

    Non la terre ne se saoule pas
    la terre ne tourne pas de travers
    elle pousse régulièrement sa petite voiture ses quatre saisons
    la pluie... la neige...
    la grêle... le beau temps...
    jamais elle n'est ivre
    c'est à peine si elle permet de temps en temps
    un malheureux petit volcan
    elle tourne la terre
    elle tourne avec ses arbres... ses jardins... ses maisons...
    elle tourne avec ses grandes flaques de sang
    et toutes les choses vivantes tournent avec elle et saignent...
    [...]

    Où s'en va-t-il tout ce sang répandu
    la sang des meurtres... le sang des guerres...
    le sang de la misère...
    et le sang des hommes torturés dans les prisons...
    le sang des enfants torturés tranquillement par leur papa et leur maman...
    et le sang des hommes qui saignent de la tête
    dans les cabanons...
    et le sang du couvreur
    quand le couvreur glisse et tombe du toit
    Et le sang qui arrive et qui coule à grands flots
    avec le nouveau-né... avec l'enfant nouveau...
    la mère qui crie...l'enfant pleure...
    [...]

    Où s'en va-t-il tout ce sang répandu
    le sang des matraqués... des humiliés...
    des suicidés... des fusillés... des condamnés...
    et le sang de ceux qui meurent comme ça... par accident
    [...]

    la terre qui tourne avec ses arbres... ses vivants... ses maisons...
    ta terre qui tourne avec les mariages...
    les enterrements...
    les coquillages...
    les régiments...
    la tête qui tourne et qui tourne
    avec les grands ruisseaux de sang.

    Paroles, Paris, Gallimard, «Le Livre de poche», 1949, p. 98-100.

     

    IMAGE

    alalettre.com

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-15
    Loading