• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Polyxène

    CrosatoNée à Troie, Polyxène, est la plus jeune fille de Priam, roi de Troie, et de Hécube, fille de Dymas ou de Cissée, roi de la Thrace, est née sur les bords du fleuve Sangarios. Priam se sépara de sa première femme Arisbé pour épouser Hécube qui lui donnera de nombreux enfants parmi lesquels figurent Pâris, Hector, Hélénos, Cassandre, Troïlos, Polidoros, Délophobe, Polites, Créüse et Polyxène qui presque tous périrent pendant le siège de Troie ou après sa ruine. Ulysse, le vainqueur, la trouva parmi les tombeaux de ses enfants et la prit pour esclave. Pour sa part, Priam, homme juste et bon, voit lui aussi ses enfants mourir et surtout Hector tué par Achille. Il se rendra jusqu'au camp des Grecs pour lui supplier de lui rendre le corps de son fils. Il fut massacré par Néoptolème, fils d'Achille.

    Achille aima Polyxène dès qu'il la vit durant une trêve de la guerre à Troie et la fit demander en mariage à Hector, frère de Polyxène. Hector la lui promit à condition qu'il trahit les Grecs. Indigné, Achille refusa la proposition, mais continua d'aimer Polyxène. Lorsque, accompagné de Polyxène, Priam vint réclamer le corps de son fils Hector, Achille lui renouvela sa demande et consentit à épouser sa fille en secret dans un temple d'Appolon. Pâris s'y rendit avec Priam et tua Achille. Frappée de douleur, Polyxène choisit le camp des Grecs où elle fut reçu par Agamemnon.

    Au sujet de la mort de Polyxène, deux versions ont été retenues. Selon la première, celle du suicide, elle se rendit durant la nuit au tombeau d'Achille et se perça le sein. Selon la seconde, version, celle du martyre ou du sacrifice, après la prise de Troie, elle fut immolée par les Grecs sur le tombeau d'Achille. C'est la version retenue par Euripide dans Hécube et par Ovide dans Métamorphoses.

    Antoine de La Fosse, sieur d’Aubigny (1653 -1708) consacre au destin tragique de la princesse une pièce romanesque intitulée Polyxène; Achille et Polyxène est un opéra selon le livret de Jean Galbert de Campistron (1656-1767). L'ouverture et le premier acte sont composés par Jean-Baptiste Lully (1632-1687), tandis que le prologue et les autres actes sont l'oeuvre de Pascal Collasse (1649-1709). La première représentation eut lieu en 1687.

    «Le sacrifice de Polyxène» est l'oeuvre du peintre Giovanni Battista Crosato (1686-1758), exécutée vers 1740-1750 et exposée au musée Magnin à Dijon (ci-dessus, détail: www.musee-magnin.fr). «Polyxène sacrifiée aux mânes d'Achille», tableau de Giovanni Battista Pittoni (1687-1767) se trouve au musée du Louvre.

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-02
    Loading

    Documents associés