• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    «Polytechnique» (film)

    Réalisé par Denis Villeneuve, le film Polytechnique raconte le drame survenu à l’École Polytechnique de l'Université de Montréal le 6 décembre 1989. Marc Lépine s’introduit dans l’école, armé d’un fusil semi-automatique et abat froidement quatorze femmes avant de s’enlever la vie. Le film raconte les événements du point de vue des étudiants, dont Jean-François qui assiste, impuissant, à ce carnage et Valérie, survivante qui a vu sa meilleure amie mourir dans ses bras.

    Le film met en vedette Karine Vanasse, Sébastien Huberdeau et Maxim Gaudette dans le rôle du tueur.

    Denis Villeneuve: «Dès le départ, il n'était pas question de faire le portrait d'un tueur. La Fondation du 6 décembre, (qui avait donné son aval), ne voulait pas qu'on fasse un portrait et moi non plus ça ne me tentait pas. Le cinéma regorge de portraits de tueur. Je trouvais que c'était plus intéressant de voir l'impact de la violence que sa source. Je trouvais que le tueur, en tant que tel, (par) ses motivations, c'est un fou. La folie, ça ne s'explique pas. On peut la sentir, la mettre en scène, mais on ne peut l'expliquer. Je trouvais que c'était plus dur, plus juste et plus réaliste de ne pas l'expliquer.»

    Karine Vanasse: «Je pense que l'on se reconnaît tous et que l'on peut tous s'associer (aux contrecoups) de cet espèce de choc vécu par les étudiants, autant pour le personnage féminin que masculin.».

    Sébastien Huberdeau: «Il ne faut pas trop en faire. C'était de jouer dans cette sobriété-là. C'est cette ligne mince que l'on doit trouver. J'ai trouvé un équilibre dans le jeu qui m'amenait à être juste et en cohérence avec le film, le propos. Pour moi, c'était ça Jean-François.»

    Maxim Gaudet: «J'avais envie de partir de l'humain… De faire du personnage qu'il ne soit pas seulement un monstre, un meurtrier. Je voulais qu'on voie un être humain complexe et tourmenté qui vit un conflit intérieur. Ce n'est pas juste le désir de vengeance et d'éliminer les femmes. C'est aussi l'idée que le gars va se suicider. On part du fait que c'est quelqu'un qui ne s'aime pas du tout, premièrement. Je voulais le rendre complexe. Je trouvais que, dramatiquement, c'était plus intéressant.»,

    Extraits de Julie Rhéaume, «Polytechnique: se rappeler de tristes événements», le 6 février 2009
    http://www.showbizz.net/articles/20090206080653/polytechnique_rappeler_tristes_evenements.html

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-14
    Loading