• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Parra Violeta

    Violete ParraNée à San Carlos, village du sud du Chili*. Dès l’âge de vingt ans, elle parcourt son pays en chantant à la radio, dans les bars, les cirques et les théâtres des chansons populaires ou des boléros. Elle compose et interprète ses propres chansons et recueille, jusque dans les endroits les plus reculés, des pièces anciennes souvent oubliées du répertoire de la musique populaire rurale. Elle séjourne à Paris de 1954 à 1956 où ses disques sont enregistrés et ses récitals retransmis à la radio et à la télévision. Elle y retourne de 1961 à 1964 où elle expose ses toiles et ses tapisseries au Louvre et donne des récitals à l’Unesco et au Théâtre des nations. Fondatrice et directrice en 1956 du Musée d’art populaire à Concepciòn, elle aménage en 1965 dans les faubourgs de Santiago «le Chapiteau de la reine» dont elle veut faire un centre culturel consacré au folklore et où elle se suicidera le 5 avril 1967.

    Sa vie amoureuse ou familiale, mêlée à sa vie errante, ne fut pas de tout repos. De son premier mariage en 1937, elle eut deux enfants qui l’ont accompagnée souvent dans ses voyages et ses séjours à l’étranger. De son second mariage en 1948, elle eut également deux enfants. À Santiago en 1958, elle fait la connaissance de Gilbert Favre, musicien suisse et spécialiste du folklore sud-américain avec qui elle chantera en Bolivie. C’est là aussi qu’elle enregistre, avec ses enfants et le musicien uruguayen Alberto Zapicàn, ses dernières compositions. Angel, fils cadet de son premier mariage poursuit son œuvre, tandis que son frère Nicanor publie en 1970 Décimas (Des Dizaines), une œuvre rédigée par elle-même.

    Ses chansons révèlent un monde intérieur qui est un mixte de goût de vivre et de tristesse sur fond de solidarité. On se rappelle plus particulièrement sa chanson «Gracias a la vida» dont voici les derniers vers: «Merci à la vie qui m’a tant donné/Elle m’a donné le rire, elle m’a donné les pleurs/Ainsi, je distingue le bonheur du désespoir/Ces deux éléments qui forment mon chant,/Et votre chant qui est le même chant,/Et le chant de tous, qui est encore mon chant.»

    IMAGE

    bigloo.com

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-18