• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Orphée et Eurydice


    Christoph Willibald Gluck

    ORPHÉE ET EURYDICE
    Tragédie-opéra en trois actes

    Livret
    Ranieri de' Calzabigi / Pierre-Louis Moline
    Première Représentation
    Version italienne: 5 Octobre 1762, Vienne (Hofburgtheater)
    Version française: 2 Août 1774, Paris (Académie Royale)

    Distribution
    ORPHÉE (Alto ou Ténor)
    EURYDICE (Soprano)
    L'AMOUR (Soprano)

    CHOEUR
    Pasteurs et Nymphes; Furies, Héros et Héroïnes
    Lieu
    Temps

    PREMIER ACTE

    [Deuil]

    Ouverture
    PREMIÈRE SCÈNE
    Un bois de lauriers et de cyprès, un séjour agréable mais solitaire qui est entrecoupé pour former une petite plaine contenant le tombeau d'Eurydice. Au lever du rideau et pendant la ritournelle du choeur d'entrée, on voit une troupe de bergers et de nymphes dans la suite d'Orphée et tous portent des couronnes de fleurs et de myrtes; quelques-uns versent de l'encens dans le feu sacré, enguirlandent le marbre et couvrent son tombeau de fleurs, pendant que les autres chantent le choeur suivant qui est interrompu par les plaintes d'Orphée adossé sur le devant contre une pierre et répétant le nom d'Eurydice d'une voix gémissante.

    N° 1 - Choeur

    PASTEURS ET NYMPHES
    Ah! dans ce bois tranquille et sombre,
    Eurydice, si ton ombre
    Nous entend...

    ORPHÉE
    Eurydice!

    PASTEURS ET NYMPHES
    ... Sois sensible à nos alarmes,
    Vois nos peines, vois nos larmes
    Que pour toi l'on répand.

    ORPHÉE
    Eurydice!

    PASTEURS ET NYMPHES
    Ah! prends pitié du malheureux Orphée,
    Il soupire, il gémit, Il plaint sa destinée.

    ORPHÉE
    Eurydice!

    PASTEURS ET NYMPHES
    L'amoureuse tourterelle,
    Toujours tendre, toujours fidèle,
    Ainsi soupire et meurt
    De douleur.

    N° 2 - Récit

    ORPHÉE
    Vos plaintes, vos regrets augmentent mon supplice!
    Aux mânes sacrés d'Eurydice
    Rendez les suprêmes honneurs,
    Et couvrez son tombeau de fleurs.

    N° 3 - Pantomime
    des nymphes et des bergers

    N° 4 - Choeur

    PASTEURS ET NYMPHES
    Ah! dans ce bois lugubre et sombre,
    Eurydice, si ton ombre
    Nous entend,
    Sois sensible à nos alarmes!
    Vois nos peines, vois les larmes
    Que pour toi l'on répand!

    N° 5 - Récit

    ORPHÉE
    à la suite
    Éloignez-vous; ce lieu convient à ma douleur,
    Et je veux sans témoins y répandre des pleurs.

    N° 6 - Ritournelle
    Les bergers et les nymphes se dispersent dans le bois.


    DEUXIÈME SCÈNE

    N° 7 - Air

    ORPHÉE
    Objet de mon amour,
    Je te demande au jour
    Avant l'aurore;
    Et quand le jour s'en fuit,
    Ma voix pendant la nuit
    T'appelle encore.

    N° 8 - Récit

    Eurydice, Eurydice, Ombre chère,
    Ah! dans quels lieux es-tu?
    Ton époux gémissant, interdit, éperdu,
    Te demande sans cesse à la nature entière
    Les vents, hélas! emportent sa prière.

    N° 9 - Air

    Accablé de regrets,
    Je parcours des forêts
    La vaste enceinte.
    Touché de mon destin,
    Écho répète en vain
    Ma triste plainte.

    N° 10 - Récit

    Eurydice, Eurydice! De ce doux nom
    Tout retentit, ces bois, ces rochers, ce vallon.
    Sur les troncs dépouillés, sur l'écorce naissante,
    On lit ce mot gravé par une main tremblante.
    Eurydice n'est plus, et je respire encore!
    Dieux, rendez-lui la vie, ou donnez-moi la mort!

    N° 11 - Air

    Plein de trouble et d'effroi,
    Que de maux loin de toi,
    Mon coeur endure;
    Témoin de mes malheurs,
    Sensible à mes douleurs,
    L'onde murmure.

    N° 12 Récit

    Divinités de l'Achéron,
    Ministres redoutés de l'empire des Ombres,
    Vous qui dans les demeures sombres
    Faites exécuter les arrêts de Pluton,
    Vous que n'attendrit point la beauté, la jeunesse,
    Vous m'avez enlevé l'objet de ma tendresse,
    Oh, cruel souvenir!
    Eh quoi! les grâces de son âge
    Du sort le plus affreux n'ont pu la garantir?
    Implacables tyrans, je veux vous la ravir!
    Je saurai pénétrer jusqu'au sombre rivage,
    Mes accents douloureux fléchiront vos rigueurs;
    Je me sens assez de courage
    Pour braver toutes vos fureurs!


    TROISIÈME SCÈNE

    L'AMOUR
    paraissant
    L'amour vient au secours de l'amant le plus tendre.
    Rassure-toi, les dieux sont touchés de ton sort.
    Dans les enfers tu peux te rendre;
    Va trouver Eurydice au séjour de la mort.

    N° 13 - Air

    Si les doux accords de ta lyre,
    Si tes accents mélodieux
    Appaisent la fureur des tyrans de ces lieux,
    Tu la ramèneras du ténébreux empire.

    ORPHÉE
    Dieux! je la reverrais!

    L'AMOUR
    Si les doux accords de ta lyre, etc.

    N° 14 - Récit

    ORPHÉE
    Dieux! je la reverrais!

    L'AMOUR
    Oui; mais pour l'obtenir
    Il faut te résoudre à remplir
    L'ordre que je vais te prescrire.

    ORPHÉE
    Ah! qui pourrait me retenir?
    À tout mon âme est préparée.

    L'AMOUR
    Apprends la volonté des dieux:
    Sur cette amante adorée
    Garde-toi de porter un regard curieux,
    Ou de toi, pour jamais, tu la vois séparée.
    Tels sont de Jupiter les suprêmes décrets.
    Rends-toi digne de ses bienfaits!

    N° 15 - Air

    Soumis au silence,
    Contrains ton désir,
    Fais-toi violence,
    Bientôt à ce prix tes tourments vont finir.
    Tu sais qu'un amant
    Discret et fidèle,
    Muet et tremblant
    Auprès de sa belle,
    En est plus touchant.

    Soumis au silence, etc.

    L'Amour s'éloigne.

    N° 16 - Récit

    ORPHÉE
    Qu'entends-je? qu'a-t-il dit?
    Eurydice vivra! mon Eurydice!
    Un dieu clément, un dieu propice
    Me la rendra!
    Mais quoi! je ne pourrai,
    Revenant à la vie,
    La presser sur mon sein?
    O mon amie, quelle faveur,
    Et quel ordre inhumain!
    Je prévois ses soupçons,
    Je prévois ma terreur,
    Et la seule pensée
    D'une épreuve insensée
    D'effroi glace mon coeur.
    Oui, je le pourrai!
    Je le veux, je le jure!
    Amour, amour, j'espère en toi
    Dans les maux que j'endure.
    Douter de ton bienfait
    Serait te faire injure.
    C'en est fait, dieux puissants,
    J'accepte votre loi.

    Amour, viens rendre à mon âme
    Ta plus ardente flamme;
    Pour celle qui m'enflamme,
    Je vais braver le trépas.
    L'enfer en vain nous sépare,
    Les monstres du tartare
    Ne m'épouvantent pas.
    Je sens croître ma flamme,
    Je vais braver le trépas.

    L'amour vient rendre à mon âme.
    Sa plus ardente flamme;
    L'amour accroît ma flamme;
    Je vais braver le trépas.
    L'enfer en vain nous sépare, etc.

    N° 17 - Presto
    On voit un éclair, on entend un coup de tonnerre. Orphée s'en va.

    DEUXIÈME ACTE


    PREMIÈRE SCÈNE

    [Violence]

    N° 18 - Introduction

    Une contée épouvantable, hérissée de rochers, au delà du Cocyte; au loin s'élève une fumée épaisse, sombre, les flammes y jaillissent de temps en temps. Les spectres et les esprits commencent une danse qu'Orphée interrompt par l'harmonie de sa lyre; à la vue d'Orphée toute la troupe entonne le premier choeur.

    N° 19 - Choeur

    FURIES
    Quel est l'audacieux
    Qui dans ces sombres lieux
    Ose porter ses pas,
    Et devant le trépas
    Ne frémit pas?

    N° 20 - Danse des furies
    Les esprits dansent autour d'Orphée pour l'effrayer.

    N° 21 - Choeur

    FURIES
    Quel est l'audacieux, etc.

    Que la peur la terreur
    S'emparent de son coeur
    À l'affreux hurlement
    Du Cerbère écumant
    Et rugissant!

    N° 22 - Air

    ORPHÉE
    Il s'approche avec sa lyre
    Laissez-vous toucher par mes pleurs,
    Spectres...

    FURIES
    Non!

    ORPHÉE
    ... larves...

    FURIES
    Non!

    ORPHÉE
    ... ombres terribles!

    FURIES
    Non!

    ORPHÉE
    Soyez, soyez sensibles
    À l'excès de mes malheurs!

    FURIES
    Non! Non! Non!

    ORPHÉE
    Laissez-vous toucher par mes pleurs, etc.

    N° 23 - Choeur
    Le choeur apaisé répond à Orphée avec un peu plus de pitié dans l'expression.

    FURIES
    Qui t'amène en ces lieux,
    Mortel présomptueux?
    C'est le séjour affreux
    Des remords dévorants
    Et des gémissements
    Et des tourments.
    Qui t'amène en ces lieux etc.

    N° 24 - Air

    ORPHÉE
    Ah! la flamme qui me dévore,
    Est cent fois plus cruelle encore.
    L'enfer n'a point de tourments
    Pareils à ceux que je ressens.

    N° 25 - Choeur

    FURIES
    encore plus apaisé

    Par quels puissants accords,
    Dans le séjour des morts,
    Malgré nos vains efforts
    Il calme la fureur de nos transports.
    Par quels puissants accords, etc.

    N° 26 - Air

    ORPHÉE
    La tendresse
    Qui me presse,
    Calmera votre fureur,
    Oui, mes larmes,
    Mes alarmes
    Fléchiront votre rigueur.

    N° 27 - Choeur

    FURIES
    encore plus doux
    Quels chants doux et touchants
    Quels accords ravissants!
    De si tendres accents
    Ont su nous désarmer
    Et nous charmer.

    Qu'il descende aux enfers!
    Les chemins sont ouverts.
    Tout cède à la douceur
    De son art enchanteur,
    Il est vainqueur.

    N° 28 - Danse des Furies

    Après le commencement de cette danse, Orphée entre dans les enfers; vers la fin de la danse les spectres et les esprits disparaissent peu à peu.


    DEUXIÈME SCÈNE

    [Paix]

    Une contrée enchanteresse des Champs Elysées pleine de superbe buissons, de fleurs, de ruisseaux.
    Eurydice suivie des ombres célestes des Héros et des Héroïnes.


    N° 29 - Danses des Ombres Heureuses (Lent et très doux)

    N° 30 - Danses des Ombres Heureuses (Même mouvemnet)

    N° 31 - Danses des Ombres Heureuses (Dolce con espressione)

    N° 32 - Air avec Choeur

    EURYDICE
    Cet asile
    aimable et tranquille
    Par le bonheur est habité,
    C'est le riant séjour de la félicité.
    Nul objet ici n'enflamme
    L'âme,
    Une douce ivresse
    Laisse
    Un calme heureux dans tous les sens;
    Et la sombre tristesse
    Cesse
    Dans ces lieux innocents.

    EURYDICE, HÉROS ET HÉROÏNES
    Cet asile aimable et tranquille, etc.

    Pendant le postule du choeur disparaissent Eurydice et les esprits bienheureux. Orphée est perdu dans l'admiration.

    N° 33 Récit

    ORPHÉE
    Quel nouveau ciel pare ces lieux!
    Un jour plus doux s'offre à mes yeux.
    Quels sons harmonieux!
    J'entends retentir ce bocage
    Du ramage
    Des oiseaux,
    Du murmure des ruisseaux
    Et des soupirs de Zéphire.
    On goûte en ce séjour un éternel repos.
    Mais le calme qu'on y respire
    Ne saurait adoucir mes maux.
    Chère épouse, objet de ma flamme,
    Toi seule y peux calmer le trouble de mon âme!
    Tes accents
    Tendres et touchants,
    Tes regards séduisants,
    Ton doux sourire
    Sont les seuls biens que je désire.

    Attirés par le chant d'Orphée, les esprits bienheureux se sont rapprochés.
    Orphée regarde autour de lui, le choeur s'en approche.


    N° 34 - Choeur

    HÉROS ET HÉROÏNES
    Viens dans ce séjour paisible,
    Époux tendre, amant sensible,
    Viens bannir tes justes regrets.
    Eurydice va paraître,
    Eurydice va renaître
    Avec de nouveaux attraits.

    N° 35 - Danse de Ombres Heureuses
    Continue la danse des héros

    N° 36 - Récit et Choeur

    ORPHÉE
    Ô vous, ombres que j'implore,
    Hâtez-vous de la rendre à mes embrassements!
    Ah! si vous ressentiez le feu qui me dévore,
    Si vous étiez aussi de fidèles amants,
    J'aurais déjà revu la beauté que j'adore!
    Hâtez-vous de me rendre heureux!

    HÉROS ET HÉROÏNES
    Le destin répond à tes voeux.

    Eurydice est introduite par une partie du choeur.

    N° 37 - Choeur

    HÉROS ET HÉROÏNES
    Près du tendre objet qu'on aime
    On jouit du bien suprême,
    Goûtez le sort le plus doux.
    Va renaître pour Orphée,
    On retrouve l'Elysée
    Auprès d'un si tendre époux.

    Eurydice est ramenée à Orphée par le choeur; sans la regarder, il saisit sa main et l'emmène.
    Le rideau se baisse lentement.


    TROISIÈME ACTE

    PREMIÈRE SCÈNE
    Une caverne sombre avec un labyrinthe plein de couloirs obscurs et entournée de rochers mousseux, tombants. Orphée mène encore Eurydice par la main sans le regarder.

    N° 38 - Récit

    ORPHÉE
    à Eurydice
    Viens, viens, Eurydice, suis-moi,
    Unique et doux objet de l'amour plus tendre.

    EURYDICE
    surprise
    C'est toi…? je te vois…?
    Ciel! devais-je m'attendre…?

    ORPHÉE
    avec précipitation
    Oui, tu vois ton époux. J'ai voulu vivre encore,
    Et je viens t'arracher au séjour de la mort!
    Touché de mon ardeur fidèle,
    Jupiter au jour te rappelle.

    EURYDICE
    Quoi! je vis, et pour toi?
    Ah, grands dieux, quel bonheur!

    ORPHÉE
    Eurydice, suis-moi…,
    Profitons sans retard de la faveur céleste;
    Sortons, fuyons ce lieu funeste.
    Non, tu n'es plus une ombre,
    Et le dieu des amours
    Va nous réunir pour toujours.

    EURYDICE
    Qu'entends-je? ah! se peut-il?
    Heureuse destinée!
    Eh quoi, nous pourrons resserrer
    Les noeuds d'amour et d'hyménée?

    ORPHÉE
    Oui, suis mes pas sans différer.

    EURYDICE
    Mais, par ta main ma main n'est plus pressée…!
    Quoi! tu fuis ces regards que tu chérissais tant!
    Ton coeur pour Eurydice est-il indifférent?
    La fraîcheur de mes traits serait-elle effacée?

    ORPHÉE
    à part
    Oh dieux! quelle contrainte!
    haut
    Eurydice, suis-moi…,
    Fuyons de ces lieux, le temps presse;
    Je voudrais t'exprimer l'excès de ma tendresse…;
    à part
    Mais je ne puis, oh! trop funeste loi!

    EURYDICE
    Un seul de tes regards...

    ORPHÉE
    Tu me glaces d'effroi!

    EURYDICE
    Ah! barbare!
    Sont-ce là les douceurs que ton coeur me prépare?
    Est-ce donc là le prix de mon amour?
    Oh fortune jalouse!
    Orphée, hélas! se refuse en ce jour
    Aux transports innocents de sa fidèle épouse.

    ORPHÉE
    sent qu'elle est près de lui, il saisit sa main voulant l'emmener
    Par tes soupçons, cesse de m'outrager.

    EURYDICE
    indignée retire sa main
    Tu me rends à la vie, et c'est pour m'affliger!
    Dieux, reprenez un bienfait que j'abhorre!
    Ah! cruel époux, laisse-moi!

    N° 39 - Duo

    ORPHÉE
    Viens! Suis un époux qui t'adore.

    EURYDICE
    Non, ingrat, je préfère encore
    La mort qui m'éloigne de toi.

    ORPHÉE
    Vois ma peine!

    EURYDICE
    Laisse Eurydice!

    ORPHÉE
    Ah! cruelle! Quelle injustice!
    Ah viens! je t'implore, suis mes pas!

    EURYDICE
    Parle, réponds, je t'en supplie!

    ORPHÉE
    Dut-il m'en coûter la vie,
    Non, je ne parlerai pas.

    ORPHÉE ET EURYDICE
    chacun à part
    Dieux, soyez-moi favorables!
    Voyez mes pleurs,
    Dieux secourables!
    Quels tourments insupportables!
    Quelles rigueurs
    Mêlez-vous à vos faveurs!

    Chacun d'eux se dirige vers un autre côté de la scène où ils restent adossés à un arbre ou à un rocher.

    N° 40 - Récit

    EURYDICE
    Mais d'où vient qu'il persiste à garder le silence?
    Quels secrets veut-il me cacher?
    Au séjour de la mort devait-il m'arracher
    Pour m'accabler de son indifférence?
    Oh destin rigoureux!
    Ma force m'abandonne,
    Le voile de la mort retombe sur mes yeux!
    Je frémis, je languis,
    Je frissonne, je tremble, je pâlis,
    Mon coeur palpite,
    Un trouble secret m'agite,
    Tous mes sens sont saisis d'horreur
    Et je succombe à ma douleur.

    N° 41 - Air et Duo

    EURYDICE
    Fortune ennemie,
    Quelle barbarie!
    Ne me rends-tu la vie
    Que pour les tourments?

    Je goûtais les charmes
    D'un repos sans alarmes,

    ORPHÉE
    Ses injustes soupçons
    Redoublent mes tourments!
    Que dire? que faire?
    Elle me désespère,

    EURYDICE
    Le trouble, les larmes
    Remplissent aujourd'hui
    Mes malheureux moments.
    Je goûtais les charmes etc.

    ORPHÉE
    Ne pourrai-je calmer
    Le trouble de mes sens?
    Que mon sort est à plaindre!
    Je ne puis me contraindre!

    EURYDICE
    Je frissonne, je tremble.
    Fortune ennemie, etc.

    N° 42 - Récit

    ORPHÉE
    à part
    Quelle épreuve cruelle!

    EURYDICE
    Tu m'abandonnes, cher Orphée!
    En ce moment ton épouse désolée
    Implore en vain tes secours;
    O dieux! à vous seuls j'ai recours.
    Dois-je finir mes jours
    Sans un regard de ce que j'aime?

    ORPHÉE
    à part
    Je sens mon courage expirer,
    Et ma raison se perd
    Dans mon amour extrême;
    J'oublie et la défense, Eurydice et moi même.
    Il fait un mouvement pour se retourner et tout à coup se retient.
    Ciel!

    EURYDICE
    Cher époux, je puis à peine respirer.

    Elle tombe sur un rocher.

    ORPHÉE
    fort
    Rassure-toi, je vais tout dire...
    Apprends....
    à part
    Que fais-je!... Justes dieux,
    Quand finirez-vous mon martyre?

    EURYDICE
    Reçois donc mes derniers adieux,
    Et souviens-toi d'Eurydice...

    ORPHÉE
    à part
    Où suis-je? Je ne puis résister à ses pleurs.
    fort
    Non, le ciel ne veut pas un plus grand sacrifice.
    Il se retourne avec impétuosité et regarde Eurydice.
    Oh ma chère Eurydice..

    EURYDICE
    Fait un effort de se lever
    Orphée! o ciel! je meurs...
    Elle meurt.

    ORPHÉE
    Malheureux, qu'ai-je fait?
    Et dans quel précipice
    M'a plongé mon funeste amour?
    S'approche de Eurydice avec précipitation
    Chère épouse!… Eurydice!
    Eurydice!… Chère épouse!
    Le secoue
    Elle ne m'entend plus, je la perds à jamais!
    C'est moi qui lui ravis le jour!
    Loi fatale!
    Cruel remords!
    Ma peine est sans égale.
    Dans ce moment funeste
    Le désespoir, la mort
    Est tout ce qui me reste.

    N° 43 - Air

    ORPHÉE
    J'ai perdu mon Eurydice,
    Rien n'égale mon malheur;
    Sort cruel! quelle rigueur!
    Rien n'égale mon malheur!
    Je succombe à ma douleur!
    Eurydice…, Eurydice…,
    Réponds, quel supplice!
    Réponds-moi!
    C'est ton époux fidèle;
    Entends ma voix qui t'appelle…

    J'ai perdu mon Eurydice, etc.

    Eurydice, Eurydice!
    Mortel silence! Vaine espérance!
    Quelle souffrance!
    Quel tourment déchire mon coeur!

    J'ai perdu mon Eurydice, etc.

    N° 44 - Récit

    Ah! puisse ma douleur finir avec ma vie!
    Je ne survivrai pas à ce dernier revers.
    Je touche encore aux portes des enfers,
    J'aurai bientôt rejoint mon épouse chérie.
    Oui, je te suis, tendre objet de ma foi,
    Je te suis, attends-moi!
    Tu ne me seras plus ravie,
    Et la mort pour jamais va m'unir avec toi.

    Lorsqu'il est sur le point de se tuer, l'Amour apparaît.


    DEUXIÈME SCÈNE
    Amour][

    N° 45 - Récit

    L'AMOUR
    lui arrache le poignard
    Arrête, Orphée!

    ORPHÉE
    O ciel! Qui pourrait en ce jour
    Retenir le transport de mon âme égarée?

    L'AMOUR
    Calme ta fureur insensée;
    Arrête, et reconnais l'Amour
    Qui veille sur ta destinée.

    ORPHÉE
    Qu'exigez-vous de moi?

    L'AMOUR
    Tu viens de me prouver ta constance et ta foi;
    Je vais faire cesser ton martyre.
    Il touche Eurydice et la ranime.
    Eurydice…! respire!
    Du plus fidèle époux viens couronner les feux.

    ORPHÉE
    Mon Eurydice!

    EURYDICE
    Orphée!

    ORPHÉE
    Ah! justes dieux!
    Quelle est notre reconnaissance!


    L'AMOUR
    Ne doutez plus de ma puissance!
    Je viens vous retirer de cet affreux séjour,
    Jouissez désormais des plaisirs de l'amour!

    N° 51 - Trio

    EURYDICE
    Tendre amour, que tes chaînes
    Ont de charmes pour nos coeurs!

    ORPHÉE
    Tendre amour, à tes peines
    Que tu mêles de douceurs!

    L'AMOUR
    Je dédommage tous les coeurs
    Par un instant de mes faveurs.

    EURYDICE
    Tendre amour, que tes chaînes, etc.

    ORPHÉE
    Tendre amour, à tes peines, etc.

    L'AMOUR
    Que l'ardeur qui vous enflamme,
    Toujours règne dans votre âme,
    Ne craignez plus mes rigueurs;
    Je dédommage tous les coeurs!

    ORPHÉE ET EURYDICE
    Quels transports et quel délire,
    O tendre amour, ta faveur nous inspire,
    Célébrons pour jamais.
    Célébrons tes bienfaits.

    L'AMOUR
    Célébrez pour jamais mes bienfaits etc.


    SCÈNE FINALE
    Un magnifique temple consacré à l'amour -
    L'Amour, Orphée et Eurydice. Devant eux marche une nombreuse troupe de bergers et de bergères fêtant le retour d'Eurydice par leur chant et leurs joyeuses danses.


    Ballet du Triomphe et de l'Amour

    Air et Choeur

    ORPHÉE
    L'amour triomphe,
    Et tout ce qui respire
    Sert l'empire de la beauté;
    Sa chaîne agréable
    Est préférable à la liberté.

    BERGERS ET BERGÈRES
    L'amour triomphe etc.

    L'AMOUR
    Dans les peines, dans les alarmes
    Je fais souvent languir les coeurs;
    Mais dans un instant mes charmes
    Font pour jamais oublier mes rigueurs.

    BERGERS ET BERGÈRES
    L'amour triomphe, etc.

    EURYDICE
    Si la cruelle jalousie
    A troublé mes tendres désirs,
    Les douceurs dont elle est suivie,
    Sont des chaînes de plaisirs.

    BERGERS ET BERGÈRES
    L'amour triomphe, etc.

    La danse retourne

    Date de création:2012-12-04 | Date de modification:2012-12-14

    Notes

    Gluck: Orphée et Eurydice (Libretto - français)
    www.impresario.ch/libretto/libgluorf_f.htm

    video publiée le 18 juin 2012 par CarrangelHeaven1