• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Ophélie


    MillaisDans la tragédie de Shakespeare*, Ophélie est incapable de comprendre la conduite d’Hamlet, son amant, qui simule la démence pour venger son père (Hamlet). Elle sombre dans la folie et, se croyant abandonnée de son amant, finit par se noyer dans le désespoir. Pourtant, dans une lettre, Hamlet* lui avait déclaré son amour: «Doute que les astres soient de flammes/Doute que le soleil tourne/Doute que la vérité soit la vérité/Mais ne doute jamais de mon amour.» Et, sur la tombe d’Ophélie, Hamlet crie à Laërte, le frère de sa bien-aimée: «J’aimais Ophélie. Quarante mille frères ne pourraient pas, avec tous leurs amours réunis, parfaire la somme du mien.» Ce drame, né d’un terrible malentendu, a inspiré les toiles de John Everett Millais (1852), d’Eugène Delacroix (1842) et d’Antoine-Augustin Préault (1842-1843). Ophélie, poème d’Arthur Rimbaud*(1870) semble une évocation du tableau de Millais: «Sur l’onde calme et noire où dorment les étoiles/La blanche Ophélia flotte comme un grand lys/Flotte très lentement, couchée en ses longs voiles.» Au péril de tomber dans des clichés sexistes, Jean Starobinski compare Caton*, en plein éveil héroïque et viril, à Ophélie inconsciente de sa détresse, qui «s’abandonne et se laisse submerger». Ophélie représenterait alors l’image «féminine, passive et nocturne: elle implique la défaite intérieure, la montée de l’ombre, la dépossession; l’être fait retour aux ténèbres originelles et à l’eau primitive» (Trois fureurs, Paris, Gallimard, «le chemin», 1974, p. 46-47).) Ophélie semble vivre son drame en vase clos. Elle ne prendra pas le risque, comme Hamlet, d’exprimer sa colère et d’affirmer son désir, encore moins de simuler et de passer pour folle. Sans interlocuteur pour entendre sa détresse et la sortir de son isolement, elle jouera son attachement à Hamlet et perdra son unique raison de vivre. (D. Aubin, « Les 15-30 ans : Être ou ne pas être » dans Équilibre en tête, vol. 17, n. 3)

    Image : «Ophélie» de Millais :
    rimbaudexplique.free.fr/ poemes/ophelie.html

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-13
    Loading

    Documents associés

    • Ophélie
    • I Sur l’onde calme et noire où dorment les étoiles La blanche Ophélia flotte comme un grand...
    • Ophélie
    • Tu n'as pas tressé des couronnes d'Ophélie, Et tes bras de fleurs fraîches n'étaient pas...