• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Novalis

    NovalisÀ la fin de sa brève vie (1771-1801), Frierich von Hardenberg, pseudonyme Novalis (un terrain en friche), publie en 1800 les Hymnes à la nuit dans la revue Athenæum éditée par les frères Schlegel. Dans ses Hymnes, Novalis chante «une Nuit éternelle et mystique située hors du temps», poème inspiré par une expérience personnelle de deuil*. Le poète s'est épris d'une jeune enfant de 13 ans Sophie von Kühn, décédée dans sa quinzième année en 1797. Il découvre en cette période Les Nuits* de l'Anglais Edward Young*, le Roméo et Juliette de Shakespeare* et plusieurs ouvrages sur la philosophie de la Nature du philosophe allemand Friedrich Schelling (1775-1854). *

    «Les Hymnes à la nuit entonnent un chant de deuil ébloui par l'Amour où se rencontrent les figures du Christ, de la Vierge et de la Bien-Aimée. La tombe sinistre, que le regard du poète amoureux, en proie à une vision extatique, réduit en poussière (chant III), évoque le tombeau du Christ, au moment de sa résurrection.» (Olivier Schefer, «Hymnes à la nuit de Novalis» dans Le Point. Références. Les textes fondamentaux, «Romantisme», juillet-août 2010, p. 30)

    Le chant V, «Désir de la Mort» chante la Mort comme le retour du fils, exilé en terre étrangère, à la maison du Père, «notre chez-nous» éternel*. La nuit désigne la mort, le sommeil et ses rêves et le cosmos et ses étoiles.

    Descendre enfin dans le sein de la terre,
    Laisser ces règnes de lumière!
    Le choc et l'élan des souffrances
    Sont des signes de gaie partance.
    - L'esquif étroit nous fait un prompt voyage
    Pour aborder bientôt au céleste rivage.

    Louange et gloire à la Nuit éternelle!
    Louange à l'éternel sommeil!
    Le jour nous a saturés de chaleur
    Et tout flétris, cette longue douleur.
    - Nous n'avons plus goût de terres étrangère:
    Nous voulons retourner chez nous, chez notre Père.

    © Éric Volant

    tous droits réservés

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-06-29

    Notes