• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Noailles Anna de

    Anne de NoaillesLa comtesse Anna-Élisabeth de Noailles, princesse Bibescu-Bassaraba de Brancovan, poétesse et romancière française née à Paris le 15 novembre 1876 et décédée à Paris le 30 avril 1933.

    Biographie et personnalité: «Anna de Noailles» un film écrit par Françoise Giroud et réalisé par Antoine Gallien, 1997. Émission « Un siècle d'écrivains» sur le site FR 3.

    Correspondance 1901-1923, Anna de Noailles - Maurice Barrès, Paris, L'Inventaire, 1994.

    Luc Fraisse, «La Recherche avant la Recherche: Proust commentateur d’Anna de Noailles»,
    http://www.farum.it/publifarumv/n/02/pdf/Fraisse.pdf

    Correspondance de Marcel Proust, édition établie, annotée et préfacée par Philip Kolb,
    Paris, Plon, 21 vol., 1970-1993.

    La mort dit à l'homme...
    Voici que vous avez assez souffert, pauvre homme,
    Assez connu l'amour, le désir, le dégoût,
    L'âpreté du vouloir et la torpeur des sommes,
    L'orgueil d'être vivant et de pleurer debout...

    Que voulez-vous savoir qui soit plus délectable
    Que la douceur des jours que vous avez tenus,
    Quittez le temps, quittez la maison et la table;
    Vous serez sans regret ni peur d'être venu.

    J'emplirai votre coeur, vos mains et votre bouche
    D'un repos si profond, si chaud et si pesant,
    Que le soleil, la pluie et l'orage farouche
    Ne réveilleront pas votre âme et votre sang.

    - Pauvre âme, comme au jour où vous n'étiez pas née,
    Vous serez pleine d'ombre et de plaisant oubli,
    D'autres iront alors par les rudes journées
    Pleurant aux creux des mains, des tombes et des lits.

    D'autres iront en proie au douloureux vertige
    Des profondes amours et du destin amer,
    Et vous serez alors la sève dans les tiges,
    La rose du rosier et le sel de la mer.

    D'autres iront blessés de désir et de rêve
    Et leurs gestes feront de la douleur dans l'air,
    Mais vous ne saurez pas que le matin se lève,
    Qu'il faut revivre encore, qu'il fait jour, qu'il fait clair.

    Ils iront retenant leur âme qui chancelle
    Et trébuchant ainsi qu'un homme pris de vin ;
    - Et vous serez alors dans ma nuit éternelle,
    Dans ma calme maison, dans mon jardin divin...

    La mort fervente
    Mourir dans la buée ardente de l'été,
    Quand parfumé, penchant et lourd comme une grappe,
    Le coeur, que la rumeur de l'air balance et frappe,
    S'égrène en douloureuse et douce volupté.

    Mourir, baignant ses mains aux fraîcheurs du feuillage,
    Joignant ses yeux aux yeux fleurissants des bois verts,
    Se mêlant à l'antique et naissant univers,
    Ayant en même temps sa jeunesse et son âge,

    S'en aller calmement avec la fin du jour ;
    Mourir des flèches d'or du tendre crépuscule,
    Sentir que l'âme douce et paisible recule
    Vers la terre profonde et l'immortel amour.

    S'en aller pour goûter en elle ce mystère
    D'être l'herbe, le grain, la chaleur et les eaux,
    S'endormir dans la plaine aux verdoyants réseaux,
    Mourir pour être encor plus proche de la terre...

    (Recueil : Le coeur innombrable)
    http://poesie.webnet.fr/poemes/France/noailles/36.html

    J'espère de mourir d'une mort lente et forte
    Que mon esprit verra doucement approcher
    Comme on voit une soeur entrebâiller la porte
    Qui sourit simplement et qui vient nous chercher
    Je lui dirai: Venez, chère mort, je vous aime
    Après mes longs travaux voici vos nobles jeux
    J'ai longtemps refusé votre secours suprême
    Car si le corps est las, l'esprit est courageux.

    (Recueil: Les Vivants et les Morts)

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-12
    Loading