• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Miller Arthur

     

    Arthur MillerNé le 17 octobre 1915 dans une famille d'immigrants juifs polonais du quartier de Brooklyn à New York, Arthur Miller célèbre dramaturge poursuivra ses études à l’université du Michigan dès 1934 et y remportera le prix Avery Hopwood pour la meilleure pièce écrite par un étudiant. En 1938, lors de l’obtention de son diplôme, il partage le prix national de la Theater Guild avec Tennessee Williams. Retourné à sa ville natale, il écrit des scénarios pour la radio. Il épouse Mary Agnes Slattery avec qui il aura deux enfants. Divorcé, il épouse Marylin Monroe*, pour qui il écrira le scénario du film The Misfits (1961) et dont il divorcera ensuite pour épouser une photographe allemande, Ingeborg Morath. Dans le contexte du suicide, ce qui nous intéresse en particulier dans la carrière prolifique de Miller, c’est sa pièce La mort d’un commis voyageur pour laquelle il a remporté en 1949 le prix du Drama Critic’s Circle, le prix Antoinette Perry et le prix Donaldson. Selon un sondage réalisé par le National Theatre de Londres auprès de huit cents professionnels du théâtre, cette œuvre est considérée comme la deuxième meilleure pièce du vingtième siècle.

    Willy Loman, le héros tragique de ce drame, vend on ne sait pas trop quoi. Homme ordinaire qui cherche le bonheur, il s’accroche au rêve américain de la réussite. Il poursuit des chimères de grandeur et se réfugie dans un monde irréel où les apparences ont plus de valeur que la connaissance de soi. Il cherche à être reconnu comme un homme compétent et riche afin d’être aimé par les autres. Incapable de réaliser ce rêve, il le transporte sur son fils Biff et se donne la mort pour le bonheur de ce dernier. Or, comble de l’ironie, sa mort volontaire n’aura pas d’impact sur son fils, qui partira à l’aventure et estime qu’il aura la chance de mener une vie plus heureuse que celle de son père, parce qu’il a appris à reconnaître ses limites. Sur la tombe de son père, Biff affirme que Willy s’est tué parce qu’il vivait dans le monde de la fiction théâtrale, ne sachant plus qui il était. L’auteur aurait voulu donner à cette pièce le titre The Inside of His Head («À l’intérieur de lui-même»), car, en effet, Willy fuit son présent rempli d’échecs* pour se réfugier dans un passé imaginaire où il aurait connu jadis le bonheur.

    Le 30 janvier 2002, Inge Morath meurt. En décembre 2004, Miller annonce qu’il vit avec Agnes Barley, une artiste de 34 ans, depuis 2002 et qu’ils comptent se marier. Cependant, Miller meurt chez lui à Roxbury le 10 février 2005 d’une insuffisance cardiaque.

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-10
    Loading