• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Meinhof Ulrike

     

    Meinhof UlrikeMembre du commando du groupe Baader-Meinhof*. Ulrike Maria Meinhof naît le 4 octobre 1934 à Oldenburg en Basse-Saxe. Son père Werner Johannes Meinhof, directeur du musée d’Iéna et professeur d’histoire de l’art à l’école des beaux-arts de Weimar, meurt en 1939. Sa mère, Ingeborg Guthardt, obtient son diplôme en histoire de l’art à l’université d’Iéna en 1943, quitte la zone occupée par les Soviétiques en 1946 et s’établit avec ses deux filles, Wienke et Ulrike, à Oldenburg, où elle meurt en 1949. La nuit même de la mort de sa mère, Ulrike déclare à Renate Riemeck, amie de sa mère et historienne de renom: «Maintenant, il ne nous reste plus que toi.» Effectivement, Renate devient la mère adoptive des deux enfants. En 1952, Ulrike s’installe avec Renate à Weilburg en Hesse où celle-ci est nommée professeur de pédagogie. Elle fréquente les universités de Marburg et de Münster. En 1958, elle devient membre de la Ligue socialiste des étudiants allemands (sds) et publie une revue, Das Argument, dans laquelle elle s’oppose au réarmement de l’Allemagne et aux armes nucléaires. En 1959, elle écrit son premier article «La paix fait l’histoire» dans la revue Konkret de Hambourg dont elle deviendra la rédactrice en chef de 1960 à 1965. En 1961, elle épouse Klaus Rainer Röhl, l’éditeur de cette revue. De cette union naissent des jumelles Bettina et Renate en 1962. De nombreux différends personnels, politiques et rédactionnels aboutissent à la rupture du couple. Tout en maintenant sa collaboration à Konkret jusqu’en 1969, Ulrike signe des articles dans la revue Panorama et écrit pour la télévision une pièce à tendance féministe, Bambule. Elle occupe un poste à temps partiel à l’université libre de Berlin tandis que son appartement devient un abri pour fugitifs et un lieu de rencontre pour idéalistes. On la dit intellectuellement peu sûre d’elle-même, ce qui semble contredit par ses écrits et ses comportements, et facilement influençable par ceux qui lui manifestent de l’affection. Toujours est-il qu’à partir de ce moment son opposition à la violence établie glisse progressivement vers la résistance armée. En 1970, de concert avec Gudrun Ennslin*, elle planifie l’évasion spectaculaire du prisonnier terroriste Andreas Baader*.

    Avec ce couple et d’autres sympathisants, elle s’enfuit en Jordanie dans un camp du Front populaire pour la libération de la Palestine (fplp) afin de s’entraîner à la guérilla urbaine. De retour en Allemagne, elle participe à la fondation de la Fraction armée rouge (raf) et entre dans la clandestinité. Grâce à ses nombreuses relations dans les milieux religieux et universitaires, elle réussit à trouver des refuges et du soutien financier pour ses camarades. Elle échoue dans sa tentative de faire conduire ses deux filles dans un camp de réfugiés palestiniens en Jordanie; les enfants sont confiées à leur père. Elle participe aux attentats à la bombe à Francfort, Augsbourg, Karlsruhe, Hambourg et Heidelberg. En 1972, elle est arrêtée près de Hanovre et incarcérée à la prison d’Ossendorf à Cologne, où elle est heureuse de recevoir sa sœur Wienke et ses enfants. Mais bientôt, elle renonce à toute visite familiale et à toute correspondance avec sa mère adoptive et même avec ses enfants à l’occasion de leur anniversaire. Durant ses années carcérales, elle ent reprend deux f ois une grève de la faim* afin de protester contre les conditions de détention. En septembre 1974 à Berlin-Ouest, elle est condamnée à huit ans de prison pour sa participation à l’évasion de Baader. En décembre de la même année, elle est transférée à la prison à sécurité maximale de Stammheim à Stuttgart, où commencera en mai 1975 le procès à grand déploiement du commando de la bande à Baader. On la trouvera pendue dans sa cellule, le dimanche 9 mai 1976. Le 15 mai, elle est enterrée au cimetière protestant de l’église de la Sainte-Trinité dans le quartier de Mariendorf en présence de plus de quatre mille sympathisants qui considèrent sa mort comme un martyre*. Dans son oraison funèbre, le pasteur Helmut Gollwitzer la salue comme «la femme la plus importante de la politique allemande depuis Rosa Luxemburg».

     

    Ulrike hérite sa sensibilité sociale et son pacifisme mysticopolitique de son milieu familial et de son éducation. Ses parents avaient quitté l’Église d’État d’Oldenburg pour adhérer à l’Église dissidente de Hesse qui s’opposa au contrôle de l’État sur les affaires religieuses et au principe même de la discrimination raciale. Renate, sa mère adoptive, qu’elle admire et à qui elle tente de ressembler, est une socialiste convaincue et fondatrice de l’Union allemande pour la paix en 1960. À Marburg, Ulrike fait partie du groupe protestant Berneuchener qui cherche à renouveler l’âme de la liturgie. L’engagement d’Ulrike est à la fois d’origine éthique et d’ordre émotionnel. Sa conscience la porte vers la lutte pour la justice sociale et sa compassion la pousse à s’identifier spontanément aux victimes et à se dresser avec véhémence contre toute forme de répression exercée par l’ordre établi. Sa résistance à la violence du système, devenue exacerbée, se transforme progressivement en contre-violence armée. Son besoin de chaleur et de solidarité, son désir de plaire et sa recherche de l’approbation d’autrui, son manque de confiance en soi et sa maladresse tactique trouvent une issue favorable dans l’intensité des relations d’un groupe minoritaire et sectaire, militant dans la clandestinité et pratiquant la liberté sexuelle.

    Le sens de sa mort volontaire reste difficile à saisir, car elle n’a ni laissé de message ni révélé les raisons de son geste. Un sentiment d’échec* sur fond de mélancolie* n’est sans doute pas étranger à son suicide. De nature mélancolique, elle aurait été portée vers la dépression*. La lecture en prison de Die Genossin («La camarade»), sa biographie romancée de la plume de son ex-époux, l’a mise devant l’évidence de l’échec de son amour et de son mariage, de sa cause politique. La revendication des attentats à la bombe par Gudrun Ennslin au nom de la raf lui est apparue comme le présage de longues années d’emprisonnement et comme la fin de ses rêves politiques. Un double isolement la frappe, celui qu’elle choisit elle-même par rapport à sa famille et l’autre qu’elle subit de la part de ses camarades de prison qui la rejettent (J. Becker, La bande à Baader, Paris, Fayard, 1977; U. Meinhof, Dokumente einer Rebellion. 10 Jahre «Konkret» Kolumnen, Hambourg, Konkret Buchverlag, 1971; K. R Röhl, Die Genossin, Munich, Verlag Frits Molders, 1975; R. Huffman, This Is Baader-Meinhof

     

     

     

     

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-20
    Loading