• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Massieu Mario Ruiz

    Massieu Mario RuizAncien sous-ministre mexicain de la Justice, il s’est donné la mort dans sa résidence de Palisades Park à New York le 15 septembre 1999 à l’aide d’une dose massive de tranquillisants. L’affaire Massieu avait commencé le 28 septembre 1994 lors de l’assassinat de José Francisco Massieu, chef du Parti révolutionnaire institutionnel (pri) et frère de Mario, mais aussi beau-frère du président Carlos Salinas et de Raoul Salinas, frère de celui-ci. Mario, désigné par le président Salinas pour mener l’enquête, accuse publiquement l’aile conservatrice du parti au pouvoir d’avoir commandité le meurtre de son frère parce qu’elle s’oppose au processus de modernisation du Mexique et à l’entrée du pays dans la zone de libre-échange avec les États-Unis et le Canada. Or, quelques jours plus tard, il démissionne, affirmant qu’il ne peut conclure l’enquête, faute de l’appui de son propre parti. En 1995, après l’accession d’Ernesto Zedillo à la présidence, Mario Massieu est inculpé de blanchiment de dix millions de dollars américains provenant du trafic de la drogue, mais il a toujours clamé son innocence. Avant de mourir, il a laissé une lettre d’adieu* dans laquelle il se présente comme une victime du président Zedillo qui ne lui aurait jamais pardonné d’avoir dénoncé les dirigeants du pri.

    IMAGE

    eluniversal.com.mx

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-15