• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Marchand Paul

    Marchand PaulNé dans le Nord de la France, Paul Marchand (1962-2009), a entamé sa carrière de journaliste en 1985 à Beyrouth. Il est l'auteur de Sympathie pour le diable (1997) dans lequel il raconte son expérience de la guerre de Bosnie. Il a travaillé sur un scénario tiré de ce livre en compagnie de l'écrivain québécois Guillaume Vigneault. Il a aussi écrit Ceux qui vont mourir (2001), J'abandonne aux chiens l'exploit de nous juger (2003) et Le Paradis d'en face (2007). La maison d'édition française Grasset l'a décrit comme un homme «singulier et individualiste». Il a reçu en 1994 le prix spécial du jury des Prix Bayeux des correspondants de guerre, pour son travail à Radio-Canada. Il a en effet couvert pour la société publique la guerre civile au Liban, de 1984 à 1992, et le conflit en Bosnie en 1992 et 1993.

    Dans son article «Un diable d'homme», Richard Martineau livre un témoignage très senti de l'originalité du personnage:

    «Le journaliste Paul Marchand, qui est devenu célèbre en couvrant la guerre de Bosnie, s'est suicidé la semaine dernière. J'ai connu des personnages extravagants au cours de ma carrière, mais dans le genre, Paul était le roi. Je n'ai jamais rencontré quelqu'un comme lui. On avait l'impression qu'il sortait d'un roman.

    [...]

    Marchand était un paradoxe vivant. Une minute, il se comportait comme un bourgeois blasé, racontant qu'il louait des bagnoles de luxe à Paris, s'en servait pour faire la course avec ses copains jusqu'à Sarajevo, puis les faisait sauter à la dynamite une fois rendu sur place.

    Et deux minutes plus tard, il se lançait dans une attaque en règle du système capitaliste.

    «On dit que je suis obsédé par le sang. Mais notre économie est une économie de sang ! La guerre économique est pire que la vraie guerre. Un type qui ferme son usine et qui balance des milliers de gens dans la rue, ce n'est pas un massacre, ça? La seule différence, c'est qu'il n'a pas de sang sur les mains.»

    «À la limite, je préfère les guerriers, qui tuent directement leurs victimes. Au moins, c'est franc, direct.»

    «Il y a deux façons de tuer un homme: le poignarder dans le ventre ou lui dire que désormais il n'est plus rien. Que socialement, il est mort.»

    [...]

    «Tirez sur moi, je suis immortel !» avait écrit Paul sur son auto quand il couvrait la Bosnie. C'était malheureusement faux.

    (Le Journal de Montréal, 29/06/2009)
    http://www.fr.canoe.ca/infos/chroniques/richardmartineau/archives/2009/06/20090629-081700.html

    Citation
    «À Beyrouth comme à Sarajevo, chaque matin, j'appareillais vers la mort dans mon voyage de destruction. Journaliste, je devais raconter, avec des mots de ruines, dans une langue inachevée, que les guerres ne sont rien d'autre qu'un peu de bruit sur beaucoup de silence. Un fracas passager quand le silence devient trop insupportable. Un rêve de monde meilleur, même si le rêve est obscène et turbulent.»
    — Paul M. Marchand, Sympathie pour le diable

    Image

    radio-canada.ca

     

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-17
    Loading