• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Mandeville Bernard de

    Mandeville de BernardNé aux Pays-Bas, vraisemblablement à Dordrecht en 1670, fils d'un médecin réputé à Rotterdam et à Amsterdam epour sa recherche sur les maladies nerveuses. De 1685 à 1691, Bernard étudia la philosophie et la médecine à l'université de Leyde. Après avoir voyagé à Rome et à Paris, il arriva à Londres en 1694 où il poursuivra une carrière remarquable de spécialiste des troubles psychiques. En 1711, il publia un Traité des passions hypocondriaques et hystériques. En 1714, il fit paraître son oeuvre maîtresse: La fable des abeilles ou « les vices privées font le bien public » dont une seconde édition sera publiée en 1723 avec de nombreuses additions parmi lesquelles L'essai sur la Charité qui provoqua en Angleterre un grand scandale. La deuxième partie de la Fable parut en 1729 sous la forme de dialogues. À la suite de la Fable, Mandeville édita son Enquête sur l'origine de Honour (honte) et l'utilité du christianisme en temps de guerre (1732). Il décéda le 21 janvier 1733.

    Son interprétation du phénomène suicidaire est présentée par Paulette Carrive: « il peut se faire que l'amour-propre enfante des espérances imaginaires, donne un goût pour la vie alors qu'elle ne le mérite pas; il arme contre le désespoir, «et aucun homme ne peut se décider au suicide tant que dure l'amour-propre» Mais quand il disparaît, il peut arriver que «notre être nous devient si intolérable que l'amour de soi nous incite à en finir et à chercher refuge dans la mort»; l'effondrement de l'imaginaire est aussi effondrement réel; l'amour de soi ne joue pas le rôle d'un principe de réalité quand le principe de plaisir est défaillant. Remarquons en effet que c'est l'amour de soi, non l'amour-propre qui choisit l'anéantissement quand les satisfactions imaginaires ne sont plus possibles; alors il se transforme en haine de soi; voici que d'une certaine façon le suicide manifeste la tendresse que l'homme a pour lui-même; c'est même lui qui amène à distinguer les deux formes d'amour («Honour» [honte] ). Que l'amour-propre disparaisse et notre «cher moi» préfère son anéantissement.» (Paulette Carrive, Bernard Mandeville. Passions, Vices, Vertus, Paris, Vrin, «Bibliothèque d'Histoire de la Philosophie, 1980)

     

    IMAGE
    zam.it

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-13