• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Maladie anglaise

    Cette expression, qui désigne le suicide, trouve son origine dans le livre du médecin George Cheyne, The English Malady or a Treatise of Nervous Diseases of all Kinds (1733). D’après Cheyne, les tendances suicidaires des Anglais seraient liées, «d’une part, aux progrès de l’athéisme et de l’esprit philosophique et, d’autre part, au tempérament mélancolique des insulaires, dû à des conditions géographiques et climatiques défavorables» (G. Minois, Histoire du suicide, p. 213). L’auteur a été stimulé par des amis inquiets «de la récente fréquence et de l’augmentation quotidienne des suicides étranges et extraordinaires», parmi lesquels il faut compter celui de Thomas Creech* et de George Edwards. Dans son Journal, John Evelyn note: «C’est une triste chose de penser à tous ceux qui se sont tués eux-mêmes dans cette nation depuis quinze ou seize ans» (1702). Or, depuis peu, les données concernant la mortalité (Bills of Mortality) sont accessibles dans les journaux, de sorte que l’élite anglaise se rend compte du nombre élevé de suicides dans son pays. Ainsi, l’Angleterre acquiert la réputation peu enviable de «pays du suicide». Ce mythe du «mal anglais» affecte même César de Saussure, écrivain suisse, auteur de Lettres de Turquie et de Notices. En visite en Angleterre, il écrit à sa famille, en 1727, qu’à peine arrivé à Londres il se sent «accablé par le temps qu’il fait, et ajoute que, s’il était anglais, il se serait sans doute suicidé» (G. Minois, Histoire du suicide, p. 213). Ce mythe va durer jusqu’à l’avènement des statistiques modernes où le taux de suicide en Angleterre sera largement dépassé par celui d’autres nations. Dans De l’esprit des lois, Montesquieu* explique la différence du suicide chez les Romains par rapport au suicide chez les Anglais. Ainsi, il écrit: «Nous ne voyons point, dans les histoires, des Romains qui se fissent mourir sans sujet; mais les Anglais se tuent sans qu’on puisse imaginer aucune raison qui les y détermine, ils se tuent dans le sein même du bonheur. Cette action, chez les Romains, était l’effet de l’éducation; elle tenait à leur manière de penser et à leurs coutumes: chez les Anglais, elle est l’effet d’une maladie; elle tient à l’état physique de la machine, et est indépendante de toute autre cause. Il y a apparence que c’est un défaut de filtration du suc nerveux; la machine, dont les forces motrices se trouvent à tout moment sans action, est lasse d’elle-même; l’âme ne sent point de douleur, mais une certaine difficulté de l’existence. La douleur est un mal local qui nous porte au désir de voir cesser cette douleur; le poids de la vie est un mal qui n’a point de lieu particulier, et qui nous porte au désir de voir finir cette vie» (Œuvres complètes, Paris, Seuil, «L’intégrale», 1964, iii, xiv, 12, p. 617).

    Bibliographie
    Bareuc, Dissertation sur la mélancolie anglaise ou réflexions physiques et morales sur le suicide, 1789

    http://suicide.ecoute.free.fr/BiblioAuteur.html

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-13
    Loading