• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Madagascar

    La population malagasy est formée par dix-huit grandes tribus, réparties dans tout le Madagascar et chaque groupe est généralement subdivisé en petits groupes. Parmi eux existent les Sakalava, une ethnie dont le véritable fondateur est le roi Andriamisara. Les principales familles Sakalava venaient de la province d'Isaka, située sur la côte sud-est de Madagascar, avant leur migration successive jusqu'à leur installation définitive dans la partie Ouest de Madagascar. Ils se sont constitués vers la seconde partie du VIIème siècle par diverses ethnies arabes, musulmanes et indonésiennes, ce qui explique l'hétérogénéïté de leur population. La capitale Morondava, où la population vit de la pêche et de la culture, s'est inspirée de la croyance sakalava en lien avec les tombeaux construits principalement en bois et décorés par des arts funéraires (des statues érotiques) marquant le rang social et la vie du défunt. Il y aussi les différents rites (ou fomba) qui leur sont propres tels que le «fitampoha» ou bain des reliques royales chez les Sakalava de Menabe. Cette célébration a lieu tous les dix ans à Belo sur Tsiribihina: un rituel de réaffirmation de la communion avec des ancêtres royaux et marquant l'existence d'une relation étroite entre les morts et les vivants. Il y aussi le « tromba », un rituel qui requiert la participation les souverains défunts, sources de conseils et de messages délivrés par l'intermédiaire du «mpiroro» (le devin) et des «sazoky» (possédés royaux). Pourtant, cette partie de la communauté sakalava pratique deux religions différentes : l'islam sunnite et le protestantisme luthérien, qui malgré leur différence arrivent à vivre en harmonie.

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-13
    Loading

    Notes

    Source:
    Toli, « Les Sakalava: une tribu ethnique de Madagascar», Web-Libre, org/dossiers/sakalava,5208.html
    2008.