• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Lumière silencieuse

    Lumière silencieuse

    Réalisé par Carlos Reygadas
    Avec Cornelio Wall, Miriam Toews, Maria Pankratz
    Film mexicain, français. Genre : Drame
    Durée : 2h 16min. Année de production : 2006
    Titre original : Stellet Licht
    Distribué par Bac Films
    Johan et les siens sont des mennonites du nord du Mexique. En contradiction avec la loi de Dieu et des hommes, Johan, marié et père de famille, tombe amoureux d'une autre femme.

    L'intérêt de ce film, dans le cadre de notre encyclopédie, se situe au niveau de la stratégie cinématographique de la «préfiguration» ou du rêve prémonitoire. Dans le contexte de la religion* et de la foi d'une communauté de croyants, un retour de la mort à la vie a lieu qui semble effacer un passé récent et assurer la survie de la tradition. La grâce ou l'intervention gratuite sont à l'oeuvre dans le cours des choses et le destin des hommes.

    «Le film s’ouvre d’ailleurs sur un plan prodigieux : la caméra part des étoiles pour descendre sous les arbres et s’avancer vers le lever du soleil à l’horizon. Nous arrivons ensuite à la table d’une famille fraîchement sortie du sommeil, où les petits mangent leurs céréales au son de la pendule de l’horloge. Le film fut tourné chez les Mennonites, mouvement protestant maintenant présent un peu partout dans le monde, organisé en communautés souvent agraires, autosuffisantes, hospitalières par devoir mais en principe fermées au monde extérieur et n’adoptant que le minimum nécessaire de la technologie moderne. Les Mennonites du Nord du Mexique parlent une langue faite d’un mélange d’allemand et de néerlandais. Tout le film se déroule dans cette langue, étrange contraste sonore au paysage mexicain. Dans cette communauté sereine, bien réglée par les lois de Dieu et par l’ordre des rapports sociaux, le père de cette famille que nous rencontrons à l’aube est amoureux d’une autre femme. Son tourment est insoluble, il ne sait que faire. Qu’est-ce qui est juste ? Qu’est-ce qui est bien ? Pour qui ? Sa femme, ses amis et son père sont au courant. Son père lui dit que c’est l’œuvre du Diable, pourtant, il lui dit aussi qu’il "l’envie".

    [...]

    Dans Lumière silencieuse, Johan et sa femme Esther sont en auto sur la route (encore par mauvais temps, sous un orage diluvien), quand celle-ci lui dit : « si seulement on pouvait revenir en arrière… me réveiller comme si tout n’avait été qu’un cauchemar… ». Peu après, saisie par un malaise, elle sort du véhicule et court sous la pluie. Elle ira s’effondrer sous un arbre, frappée par un mystérieux arrêt cardiaque, dira le médecin. Son vœu était prémonitoire, il sera exaucé à son « réveil »… Elle est entourée par sa famille, son mari à ses côtés… Comme si tout n’avait été qu’un cauchemar.»

    (Nicolas Renaud, «L’ombre de Dreyer dans Lumière silencieuse, Envoûtement et déception» dans Hors champ, Médias et société, le 19 octobre 2008: http://www.horschamp.qc.ca/)

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-19
    Loading